#25189
bzobzo
Participant

Quelle aventure !

bravo!!!
tu me rappelles de sacrés souvenirs…

ces dernières semaines, je me suis surtout appliqué à faire monter aux commandes
ce que j’appelle « le féminin de nos profondeurs »
maintenant que le processus est à peu près bouclé,
il est temps que je me me remette en quête de super O, d’orgasmes qui explosent tout,
que je m’applique en prenant mon temps et sans plus expérimenter,
que je me lâche complètement sans m’observer

avec ce que j’ai en plus désormais avec ce féminin aux commandes,
une intensité accrue, une diversité complètement renouvelée et enrichie,
et puis cette sensation si forte, si extraordinaire de faire l’amour durant ma séance,
je n’ose pas imaginer ce que cela va être
quand je vais atteindre à nouveau ces sommets que tu as décris dans ton dernier message

je subis encore un orgasme….

Quelle description, on sent bien que ça a été presque violent….

presque?
tu n’y es pas, cela a surement été très, très violent

je me souviens quand j’ai été quelques fois dans ces états,
c’était d’une violence extraordinaire,
au beau milieu de ces orgasmes ultra-puissants
j’avais constamment la sensation qu’à peine une cloison très fine me séparait
d’une douleur tout aussi forte que le plaisir que je ressentais,
c’était fascinant, je jouissais à en perdre la tête
et je sentais que je côtoyais à l’effleurer une douleur équivalente

du coup je comprends mieux les tendances sado-maso,
où le douleur est supposé se convertir en plaisir quelque part,
j’arrive à imaginer
que ce genre de mécanisme puisse opérer après avoir vécu ce que je décris plus haut,
qu’il y a seulement une frontière ténue entre le plaisir et la douleur