#25194
bzobzo
Participant

eh bien pour moi, ces deux-là, lors d’une séance, vont se faire l’amour,

Je n’en suis pas là, mais je dirais que dans le plaisir prostatique c’est plus le féminin qui s’exprime.

euh, ce n’est absolument pas contradictoire,
je n’ai pas arrêté d’en chanter les louanges à longueur de message depuis un certain temps
à quel point le féminin s’est emparé désormais de mon corps durant la séance
et à quel point c’est fantastique

simplement je me suis rendu compte
qu’il y avait malgré tout une infime partie qui restait masculine tout le long,
je vais m’en expliquer plus bas,
quelque chose de nécessaire, pour reprendre une métaphore utilisée plus haut,
le baril de poudre a besoin d’une mèche enflammée

______________________________

la sensation de pénétration, cette puissante sensation que l’on obtient avec son sexe dur
quand celui s’enfonce dans un vagin ou plus bas,
et puis la non moins puissante sensation
de sentir ce bout de chair tout gorgé de sang pénétrer dans vos chairs,
j’en ai acquis la conviction, sont deux sensations très proches,
assez similaires en fait

cette sensation de pénétration est très forte aussi avec le masseur
mais assez vite elle va se transformer, ce que l’on va sentir au fur et à mesure qu’on évolue,
c’est la sensation d’être pénétré, c’est ce qui m’est arrivé.

Cependant depuis peu, je me suis rendu compte que ce que je sentais en fait,
ce sont les deux sensations en même temps,
en même temps la sensation de pénétration et en même temps la sensation d’être pénétré,
c’est la même chose en fait
ou alors elles ont totalement fusionnées pour ne plus en former qu’une.
C’est bien déjà toute la dualité masculin-féminin
qui est à l’oeuvre à l’entrée de votre fondement sur le chemin vers votre prostate

il y a donc bien une infime partie de moi qui reste masculine quelque part tout le long,
mon sexe est flasque et hors jeu, un paria intouchable durant la séance
mais ce que mon sceptre dressé en d’autres circonstances avec un(e) partenaire
m’obtient comme première et forte sensation quand il s’enfonce dans un sexe ou dans un anus,
est bien là,
fusionné à la sensation-même déclenchée chez l’autre qui est pénétré(e),
cette sensation mâle qu’apporte un sexe rigide est bien là
et reste tout le long de la séance en plus des cent mille autres sensations de plaisir,
et est, selon moi, le déclencheur, la fameuse mèche dont je parle plus haut
dont a besoin le baril de poudre féminin qu’est devenu tout le reste de mon corps durant la séance