#25264
AndranerosAndraneros
Modérateur

Je pense aussi que ces manifestations physiques ne sont que des « dommages collatéraux »

Je n’emploierais pas le mot « dommages » qui est synonyme de dégâts, nuisances. Ces manifestations physiques peuvent être la conséquence directe d’une jouissance si intense que l’organisme a besoin d’en atténuer la perception par des contractions spasmodiques qui agissent comme des diversions. A ce titre elles sont bien un signe de l’intensité de la jouissance.

Je vis mon plaisir de façon plus cérébrale ; cela ne signifie pas qu’on ne puisse le vire de façon plus physique. Indépendamment des vidéos qui ne prouvent rien, qu’elles soient sincères ou non, il y a de nombreux témoignages sur les forums, et en particulier sur le nôtre, qui décrivent des mouvements incontrôlés d’ampleur variable pendant les orgasmes prostatiques. Dans la mesure où les auteurs n’ont rien à gagner on peut tout fait penser que ces témoignages sont sincères.

En revanche, je pense que pour les débutants, qui cherchent encore les premières sensations du plaisir prostatique, l’agitation frénétique en écrase la perception, nuit à la concentration requise et conduit à un échec vraisemblable. Il me paraît sage, dans un premier temps,
– de rechercher plutôt l’approfondissement de la détente pour mieux percevoir les premières étincelles de plaisir et
– d’éviter les contractions défensives qui ne font que limiter l’intensité réelle de ce plaisir perçu par le cerveau comme « anormalement » fort pour le garder sous « contrôle » ce qui est à l’opposé de l’objectif recherché. .

Bon cheminement @jieffe.