#25413
JieffeJieffe
Participant

Bonjour Andraneros, et merci pour ce message bienveillant.
C’est ce que je m’applique à faire en fait, faire mes gammes, mais je t’avoue que même masqué, il y a toujours le désir que ça déclenche. Je suis persuadé que même si le plaisir n’est pas (toujours, parce qu’il y en a eu) au rendez vous, je suis persuadé que mes sessions sont bénéfiques et que je progresse, même si c’est imperceptible. J’ai même augmenté la fréquence de mon entraînement.
En réalité il s’y passe presque toujours quelque chose, et je sens bien que ça peut aller plus loin, mais ça n’y va pas. Je pense que ça peut être lié à ce manque de d’excitation.
Je me suis mal exprimé, l’énergie sexuelle dont je parle n’est pas l’énergie à laquelle tu fais allusion, bien que ce soit son sens véritable, mais de l’élan sexuel, l’envie, les pensées érotiques qui peuvent te traverser l’esprit dans la journée… J’en manque cruellement en ce moment. Je sens bien toutefois qu’il reste une petite braise au fond du foyer. Il faut que je souffle dessus et l’alimente. Je l’ai écrit plus haut, je sens que ça revient, mais doucement. Je pense que c’est peut-être le petit déclic qui me manque pour que les vagues de plaisir se transforment en raz de marée.
Peut-être mon discours fait il désespéré, mais ce n’est pas le cas.
J’ai connu de belles vagues de plaisir, même si aujourd’hui j’ai le sentiment que je suis un peu en régression sur ce point (ce qui ne me semble pas anormal en période d’apprentissage), mais c’est rassurant. Je sais que si je les ai senties, je pourrais les ressentir de nouveau, que ça fonctionne.
Si j’analyse froidement, je suis juste impatient, mais cela semble être une constante. Et je sais que dans ce domaine la patiente paie.