#25420
JieffeJieffe
Participant

Bonjour bzo et bonjour à tous

j’aimerai pouvoir t’aider plus, @jieffe, car ton enthousiasme, ta persévérance et ton envie
mériteraient des progrès plus décisifs,

Je te remercie bzo, mais tu fais déjà beaucoup, et tes témoignages sur ton journal sont très motivants. Bien sûr que je suis impatient, mais cela ne fait guère plus d’un mois que j’ai commencé (22 Novembre) avec des sessions éparses au début. Je compte 17 séances ce jour et j’ai tout de même connu de bons moments. Ça me semble pas mal pour un peu plus d’un mois, mais ça me semble peu pour réveiller cette découverte.

je ne suis pas sûr de la façon dont tu pratiques

Alors j’y viens à ma pratique. Nouvelle session hier soir. Rien n’a déclenché, mais elle fut à mon sens très intéressante. En préambule, je mettrais un bémol à ce que je vais raconter parce que ça n’est arrivé qu’hier soir, c’est donc à confirmer. Mon expérience me conseille d’ être prudent sur les ressentis. On croit quelques fois que nous avons découvert un truc que nous ne parvenons plus à reproduire.
J’ai donc abordé la chose un peu différemment et me suis rendu compte qu’habituellement je cherche à provoquer l’orgasme, ce que je ne croyais pas faire et n’avait pas remarqué.
Dans un premier temps, je ne faisais pas vraiment de contractions comme c’est souvent conseillé, mais je cherchais à masser ma prostate par des mouvements de l’anus, du périnée et du rectum. C’était agréable mais j’ai tenté autre chose hier. Je contracte légèrement mon anus, et maintient cette contraction. Si au bout d’un moment (disons 1 à 2 mn, je n’ai pas chronométré) il ne se passe rien, je relâche et recommence. Je me suis aperçu que si je fais des contractions et que je relâche trop rapidement, il ne se passe pas grand chose.
En maintenant cette contraction je commence à ressentir du plaisir dans la zone pelvienne (c’est assez diffus en fait). Alors plutôt que de faire comme je fais habituellement, chercher à provoquer l’orgasme par des mouvements, des caresses, des pensées érotiques…, j’ai laissé faire mon corps, et j’ai observé ce plaisir, grandir ou disparaître, et chercher à me détendre et à m’abandonner le plus possible. Un peu comme dans la méditation lorsque l’on observe son souffle. Ça a été payant à mon sens, mais je n’ai rien inventé, il s’agit juste d’appliquer les conseils que l’on nous donne sur ce site!!!
Et oui, on nous le dit, mais en mauvais élèves, nous n’en faisons qu’à notre tête!!!
Attention, je n’ai pas encore vécu d’orgasmes, et ça ne s’est passé qu’hier soir, ça reste à confirmer. Mais si avec mon ancienne méthode j’ai pu déclencher à plusieurs reprises de bonnes vagues de plaisir, celles d’hier soir ont été plus plaisantes et plus satisfaisantes, bien que peut-être moins intenses (encore que, différentes en tout cas). De celles qui donnent envie d’y retourner.
Je pense qu’il s’agit de ces petits orgasmes (qui n’en sont pas encore) dont on parle au travers des discussions qui deviendront grands. Des embryons d’orgasmes. L’avenir nous le dira.
Le dernier, alors que j’allais arrêter la séance a été particulier. Comme je l’ai dit, j’ai laissé faire mon corps et mon cul a pris les commandes. Contractions, décontractions, appuyées, plus légères…. il se débrouillait tout seul.
Je m’efforçait pendant ce temps de me décontracter, de m’abandonner et de me concentrer sur ce plaisir, mais ce n’est pas facile. Je pense que la vraie difficulté est là. Bien sûr on le lit, et on croit le faire, mais cela demande de la pratique pour y parvenir. Enfin j’écris ça mais je n’ai pour le moment rien connu, mais j’ai l’impression d’avoir découvert quelque chose.
La seule chose qui m’inquiète, c’est que j’étais hier soir dans un état d’esprit particulier que je crains ne pas retrouver de suite, ou qu’épisodiquement. Je verrai bien.
Pour résumer, j’ai abordé la session comme une session de méditation, et me concentrant sur mon corps, mes ressentis, et rien que ça était agréable. J’ai maintenu les contractions légères jusqu’à l’apparition d’un début de quelque chose. À ce moment là j’ai laissé faire mon corps en cherchant à me relaxer et à m’abandonner le plus possible, tout en maintenant une attention particulière à ce plaisir naissant, sans chercher à le faire évoluer. Lorsqu’il disparaissait, et bien ce n’était pas grave.
J’ai bien conscience que j’enfonce des portes ouvertes, mais je continue de penser qu’il faut de la pratique pour appréhender cela.
La suite au prochain épisode.