#25438
AvatarVoyageur
Participant

Bonjour Jieffe, merci pour l’intérêt que tu portes à mon témoignage. Il n’y a pas d’autre fil que celui-ci. Je raconte mes débuts ici et nulle part ailleurs. Je ne pratique pas depuis très longtemps. Je ne me souviens plus de la date à laquelle j’ai commencé, il suffit de regarder mon premier message qui correspond à 24-48 heures près à mes débuts. Il y a environ un mois.
Néanmoins je n’étais étranger au jeu anal avant cela. Et j’avais eu mes expériences. Diverses et variées. En solitaire. Avec des femmes. Avec des hommes. Je suis curieux de nature. Autant tout essayer 🙂
Difficile de te dire si j’ai eu du plaisir dès le début. Cela dépend ce que tu appelles désir. Il y avait l’excitation de la première fois. D’essayer cet objet nouveau. La sensation du liquide qui lui permet de glisser. Bien sûr il y a eu du plaisir. Mais un autre plaisir. Pas tout de suite d’orgasme. Néanmoins, très vite j’ai détecté ma prostate grâce à ce magique sex toy et put connecter mon cerveau avec cette zone. Je décris les premières fois comme une toute petite lumière au bout d’un tunnel, la difficulté au début de rester concentrer sur cette petite lumière qui fait du bien. La nécessité d’un moment de relaxation, etc… aujourd’hui, il suffit d’insérer l’Aneros pour que le plaisir monte. Cela ne veut pas dire que j’atteins à chaque fois d’immenses orgasmes. Mais orgasmes il y a. Parfois doux, qui s’enchaînent pendant 30 minutes. Parfois dévastateurs pendant une heure. Comparé à ce que je peux ressentir maintenant, je dirais que les plaisirs étaient petits, doux, discrets. Mais à chaque fois un peu plus forts et surprenants. Si tu relis mes témoignages depuis le début sur ce fil, tu verras les détails de l’évolution des sensations. Au début, j’étais trop concentré, trop attentif, un peu stressé que ça ne marche pas, inquiet de ne pas retrouver. En fait, je comprends à quel point, le plus important (pour moi en tout cas) a été d’apprendre à mon cerveau où est la prostate pour qu’il puisse faire ensuite le boulot tout seul. Je ne me pose même plus de questions aujourd’hui si je contracte trop ou pas assez, très vite mon corps sait ce qu’il faut faire pour avoir du plaisir. Cela devient aussi simple que de se masturber finalement. En conclusion, le traité m’a été très utile pour démarrer, et je ne sais pas si j’aurais trouvé le chemin sans lui. Aujourd’hui je n’y pense plus. Je laisse faire au gré du vent et des plaisirs. Appliquer la méthode au pied de la lettre m’a été très utile pour mieux m’en détacher au bout du compte. Finalement ce que j’ai eu à apprendre au tout début, c’est à me connaître, à ce que mon corps accepte cet objet, à savoir me donner du temps en sachant que je ne serais pas dérangé, à ne pas être frustré et à savoir que chaque petit plaisir était déjà un cadeau. Et quand tout ça a été en place la récompense est venue. Si tu as d’autres questions n’hésite pas. J’espère que tu avances bien de ton côté.