#25458
JieffeJieffe
Participant

Je n’emploierais pas le mot « dommages » qui est synonyme de dégâts, nuisances.

Oui je suis d’accord, et j’y ai pensé en l’écrivant. Mai tu as compris ce que je voulais dire, que ce n’était pas un indicateur de l’intensité du plaisir ressenti et qu’avec ou sans, le plaisir pouvait être très intense.

Ces manifestations physiques peuvent être la conséquence directe d’une jouissance si intense que l’organisme a besoin d’en atténuer la perception par des contractions spasmodiques qui agissent comme des diversions. A ce titre elles sont bien un signe de l’intensité de la jouissance.

Ce que j’ai envie de répondre à ça et qui se rapporte à ma très courte expérience, c’est que ce n’est pas mon cas. J’ai connu de bonnes vagues de plaisir lors de mes premières sessions, qui m’ont emmené à bouger beaucoup, mon corps s’est arc-bouter, j’avais des mouvement du bassin…etc. Aujourd’hui, je n’en suis encore qu’aux vagues de plaisir, mais elles sont beaucoup plus calmes, et j’ai l’impression, avec le souvenir qu’il me reste de mes premières, qu’elles sont plus satisfaisantes. j’ai l’impression d’en profiter plus pleinement, et qu’elles m’envahissent davantage.

l’agitation frénétique en écrase la perception, nuit à la concentration requise et conduit à un échec vraisemblable.

Ah ben nous sommes d’accord alors…. 🙂

de rechercher plutôt l’approfondissement de la détente pour mieux percevoir les premières étincelles de plaisir et
– d’éviter les contractions défensives qui ne font que limiter l’intensité réelle de ce plaisir perçu par le cerveau comme « anormalement » fort pour le garder sous « contrôle » ce qui est à l’opposé de l’objectif recherché. .

En fait, mon cheminement m’amène à penser que tes deux dernières remarques se rejoignent. Ce que j’ai pu appréhender aujourd’hui, c’est que ce relâchement dont on parle n’est pas tant le relâchement musculaire que le relâchement mental. S’offrir entier à ce plaisir qui monte, le laisser nous envahir, nous submerger sans chercher ni à l’analyser ni à le contrôler. C’est aujourd’hui un axe que je dois travailler.

Je préfère le Prograsm qui me donne des sensations plus fortes dans la zone rectale et prostatique

Pfff, plus ça va, plus il me tente…. Tu as le progasm, pas le junior? J’hésite encore entre les deux. Je laisse l’idée faire son chemin, et elle se précise de plus en plus. Mais il m’a l’air un peu gros, et je crains pour l’insertion. Comme ça à voir je me dis que ça ne va pas être aussi facile que ça. En revanche, je pense que ça va être bon une fois en place.

Merci Andraneros pour ces réponses… Je vais finir par les avoir… 🙂