#26296
bzobzo
Participant

les dieux du plaisir prostatique surement doivent exister
et ce soir ils m’ont serré très fort contre eux

l’intégration de mes nouveaux petits tours de passe passe s’est fait comme une fleur
et je me suis fait une petite séance de trois quart d’heure
où j’ai bien du avoir 3 ou 4 super O, c’était épique,
sans compter tout le reste

tellement de nouvelles sensations, c’est enivrant,
sentir tout son corps désormais comme un instrument de musique
sur lequel on joue des notes , des accords
et sentir chaque mouvement d’où qu’il vienne, du bassin, des jambes,
du moindre geste de la main qu’elle enfonce les ongles ou qu’elle presse ou qu’elle caresse
ou encore qu’elle pince ou qu’elle torde
participer à une harmonie sauvage, cette incroyable sensation que tout tourne à l’unisson, je répète,
que tout tourne à l’unisson, le sentir au plus profond de sa chair,
cet accord, cette harmonie sauvage et suave en même temps,
que le plaisir est là omniprésent dans tout le corps avec une intensité maximale à chaque instant
et qui ne baisse jamais, c’est totalement exaltant, totalement enivrant,
quelque chose se passe en moi désormais qui me dépasse tellement, qui me prend sur son aile
dt qui me porte en des territoires tellement inconnus

techniquement pour que tout se passe désormais si bien par rapport à hier,
j’ai juste levé le pied, si on peut dire, c’est-à-dire levé la main en fait,
en d’autres mots, ne pas tordre, pincer, griffer trop fort
mais accorder tout cela à l’état d’excitation du moment,
somme toute c’était bête comme chou, juste ne pas tout déséquilibrer
en se pinçant, se griffant trop fort, laisser l’accord se faire entre tout cela,
se laisser emporter par son instinct, par ses sens
et il n’y a plus que décoller