#26352
nicolas775nicolas775
Participant

@bzo Bonjour, bzo. Je tenais à vous remercier.
Je tiens à vous remercier parce que quand, il y a peu de temps, j’ai commencé à lire votre premier journal puis le second, j’ai été captivé.
On perçoit avec une extrême précision la description de la relation passionnée qui vous lie tous les trois : vous-même, votre prostate et le G Rider.
On est captivé par votre rapport à la jouissance et je vous remercie parce que c’est communicatif.
Je tiens également à vous remercier car j’ai acheté le G-Rider qui m’a fait grimper plusieurs étages,
Je tiens SURTOUT à vous remercier parce que la lecture de la relation de vos séances successives, non seulement a eu pour effet de m’exciter au plus haut point, mais elle m’a permis d’appréhender mes séances d’une façon totalement nouvelle, ce qui m’a permis de faire voler en éclat des blocages qui m’interdisaient toute progression dans mon cheminement.

Je dois au préalable décrire mes débuts qui ont été très très lents. J’ai commencé il y a plusieurs années avec un Helix en suivant méticuleusement les recommandations du traité. (1/2 heure d’immobilité, de respiration, puis poursuivre respiration/contractions volontaires…). J’ai bien respecté 48 à 72 heures entre les sessions… (bof !)

Je réalise aujourd’hui, après vous avoir lu, qu’en m’évertuant à respecter les 15 à 20 minutes « syndicales » de respiration abdominale je tuais à leur naissance des vagues de plaisir qui ne demandaient qu’à se développer quelques minutes après l’insertion du masseur.

Je viens de me souvenir qu’un jour, la machine avait commencé à s’emballer toute seule ayant toujours le masseur en moi alors que j’avais mis un terme à une session complètement insipide. Je regardais la télévision, en ayant oublié mon Helix, en respirant normalement, et sans effectuer la moindre contraction quand soudain j’ai été submergé par des vagues de plaisir de plus en plus fortes, associées à des contractions involontaires qui faisait danser l’Aneros en moi d’une façon extraordinaire.

Cela ne s’est jamais reproduit. Mais je me suis obstiné. Comme vous, j’ai expérimenté de multiples instruments : Helix Syn(*), puis Progasm (**), puis Vice(***) puis NobEssnce Romp(****) puis N’joy Vand(****), puis Duke vibrant (***), Bootie (bof !) puis Lelo Hugo vibrant (*****).

L’utilisation de tous ces jouets au gré de mes envies a eu pour effet de sensibiliser considérablement ma prostate. A tel point que je me suis mis à ressentir de très agréables sensations dans ma voiture sur le trajet qui me sépare de mon lieu de travail. Ma prostate réagit délicieusement aux vibrations du moteur et de la route.

C’est pourquoi, à peine rentré chez moi et chauffé à blanc, j’entamais des séances qui se caractérisaient, à cause de concentration obstinée sur la détente et la respiration à annihiler toute progression dans la recherche de la jouissance prostatique.
En parcourant votre journal, mon déblocage est venu en lisant ceci :
-« il faut se laisser aller à ce qui se passe, il y a une tempête sous le capot, il faut se laisser entraîner par ce grand tourbillon » ;
-« A trop vouloir se relâcher, il peut arriver qu’on défasse ces bonnes tensions »
Je me suis précipité pour commander mon G Rider (****** ! !) et j’ai trépigné d’impatience jusqu’à ce que je le reçoive.
J’ai aussi complètement modifié mon approche de mes séances.

1-je suis à l’écoute de ma prostate, c’est elle qui commande;
2- elle me commande depuis quelques semaines au moins une séance chaque jour et parfois plusieurs séances, pas nécessairement longue, mais toujours gratifiantes;
3-dès qu’elles commencent à poindre et sans attendre, je surfe sur les premières vagues de plaisir qui sont à chaque fois au rendez-vous, ce qui ne m’étais pas arrivée depuis mes débuts.
Je me «chauffe » avec l’Helix, le Vice puis je termine avec le G Rider, j’arrête une heure puis je recommence dès que cela me «démange» jusqu’à ce que la fatigue et le sommeil l’emportent et j’en suis heureux.

Pour l’instant, je me sens comblé par ces plaisirs et advienne ce qui pourra.