#26479
AndranerosAndraneros
Modérateur

Bonjour @Rodward ! Ça fait plaisir de te revoir sur le forum après trois mois. Je suis très heureux que ce qoit à l’occasion d’une belle découverte.

C’était assez flou, je n’ai pas vraiment de « posture » efficace à 100%

Dans ta situation tu fais bien de choisir la position qui te convient et d’en changer quand tu en ressens le besoin. Dans mon cas le choix se fait plutôt par défaut. La position en chien de fusil ne me paraît pas naturelle, je m’y sens plus ou moins contraint ce qui m’empêche de bien me détendre. Je commence mes sessions toujours sur le dos et quand je suis bien avancé dans ma session je me tourne éventuellement sur le côté, toujours le droit, le gauche étant encore moins confortable. Puis je repasse sur le dos et ainsi de suite.

Comme à chaque fois, les sensations ne se font pas attendre et en un quart d’heure je suis déjà en relaxation profonde avec plaisir ascendant. Au bout d’un moment je « stagnais » dans le plaisir…

Quel est l’intensité de ce plaisir dans le quel tu te sens « stagner » à ce moment ? A lire le mot que tu emploies tu ne sembles pas satisfait de ce que tu vis.

Donc j’ai essayé en pliant les genoux, et en les laissant « pencher » sur le côté (C’est assez bizarre d’ailleurs car le fait de ne pas détendre les jambes est contraire pour moi à la détente car on ne peux pas se détendre et essayer de garder les jambes droites, bref c’est assez complexe à expliquer)

C’est seulement quand le plaisir devient très fort que j’ai tendance à replier les jambes, de façon instinctive sans que ce soit un choix de ma part, comme si je cherchais à m’ouvrir encore plus à ce plaisir qui me submerge. Quand tu plies les genoux est-ce que tes pieds restent en appui sur le matelas ou sont-ils en suspension en l’air ? Mes pieds remontent vers les fesses et restent en appui, genoux écartés, ce qui évite l’effort de tenir les jambes en l’air.

Mais cette position a été payante, au bout d’un moment je ne n’y faisait même plus attention, et je suis allé encore plus profondément dans la relaxation que d’habitude, je baignais dans le plaisir, et sentais d’être encore à deux doigts de l’explosion. Cette phase a été longue 

Pouvons-nous comprendre que tu as ressenti une jouissance plus forte que ce que tu as vécu jusqu’à ce moment ? Si c’est le cas c’est une belle avancée qui me réjouit.

mais après hélas, impossible de « repartir »

Tu as certainement déjà pu lire sur le forum que c’était souvent le cas. Quand on fait un progrès qui paraît important au cours d’une session, comme la découverte d’une intensité de jouissance bien plus élevée que celle que l’on connaissait, on ne parvient pas à la « reproduire ».

Je vois deux explications à cette situation. L’une est que cette nouvelle intensité de sensation contribue à épuiser ton système nerveux sous l’effet de la nouveauté. L’autre est que cette première expérience te met, sans que tu en prennes conscience, en situation d’attente, ce qui est un facteur fréquent de blocage du plaisir.

Tu dois donc faire attention pour tes prochaines sessions à seulement recréer les conditions qui t’ont permis de vivre cette nouvelle expérience sans attendre mécaniquement le renouvellement de l’expérience. Ce que tu nous décris montre que tu es prêt à vivre des moments de jouissance de plus en plus intense. Cette immersion dans le plaisir se reproduira, sois en tout à fait persuadé, si tu ne penses qu’à te détendre et à concentrer ton attention sur ce que tu ressens dans l’instant sans aucune attente.

J’aime beaucoup ta conclusion. Bon cheminement @Rodward.