#26549
fideliofidelio
Participant

Personnellement, je fais vraiment bien la différence. Le plaisir prostatique est très identifiable aux tremblements dans tout le corps, une jouissance qui monte à la tête, qui est susceptible de durer des heures, par vagues, et effectivement un plaisir complètement désolidarisé du pénis.
Le plaisir anal, je le ressens grâce au remplissage de la cavité, sa dilatation, et les sensations liées au frottement du va-et-vient sur les parois du rectum. et souvent, c’est vrai, j’ai un érection. Par contre, je n’arrive pas encore à éjaculer par ce procédé; je suis tellement entraîné au plaisir prostatique que mes sensations sont systématiquement guidées vers la prostate. Ce dont je ne vais pas me plaindre ! 😉