#26582
EpictureEpicture
Participant

Bonsoir helixir4
 
J’aimerai si tu le permet partager mon expérience. 
 
J’ai la cinquantaine, en couple depuis 15 ans avec ma femme avec 2 enfants (garçons), et des relations sexuelles qui ne ressemblent plus à ce qu’elles étaient. L’éducation, les accouchements difficiles, les séjours hospitaliers pour longue maladie ont également été de la partie. 
 
Ma femme n’a jamais eu un appétit sexuel débordant. Au début elle voulait me faire plaisir, puis peu à peu les soirées animées se sont espacées. J’en rendait ma femme responsable. Aujourd’hui ma position est différente. Je pense que mon désir n’avait pas la forme d’un véritable partage. Ma perception de la sexualité était à sens unique. Pourtant j’ai toujours été très respectueux, j’ai toujours essayé de m’adapter à son état d’esprit, à me laisser guider par ses réactions, mais ma vision des relations sexuelles était très stéréotypée, très conditionnée : L’homme se doit d’être  performant et entreprenant pour la satisfaire, bref il faut être un homme, un vrai.

Un jour, je me suis engagé sur le chemin de l’exploration du plaisir anal et prostatique. Je pense y avoir entrevu ce que pouvait être le désir et le plaisir d’une femme. Quand en tant qu’homme, je m’imagine dans la situation d’être pénétrée par un homme, J’imagine que J’aurai besoin d’une confiance absolue. Accepter la pénétration, et y prendre plaisir nécessite une dose importante d’abandon de soi. Cela peut être particulièrement jouissif mais tout aussi bien insignifiant voire désagréable si les sensations provoquées par le partenaire ne sont pas au rendez vous, même s’il s’agit du mari en qui on a toute confiance. Dans un couple, l’insouciance, la spontanéité des débuts à disparu, et le rapport a pu devenir mécanique et rituel.

Alors je me suis dit que nos rapports sexuels ne pouvaient plus rester centrés sur les organes génitaux. Tout le corps doit participer. Mais ce n’est pas de son corps qu’il s’agit. Parfois, lorsqu’elle pose sa main sur moi, c’est tout mon corps qui vibre, même si elle ne le sent pas vibrer au sens propre, elle voit bien que je ne suis plus en position de la prendre mais dans celle de m’offrir. Je n’ai pas vraiment d’attente, c’est un don gratuit. C’est quelque chose à quoi elle n’est pas insensible. Il me semble qu’aujourd’hui nous avons réduit l’inégalité de statut devant cette activité. C’est la découverte du plaisir anal qui m’a rendu plus zen vis-à-vis du plaisir génital : ce n’est plus une priorité.
 
Mais je suis incapable de te dire si mon expérience peut avoir une quelconque utilité pour toi. Cela bien évidemment reste mon expérience : Alors que je pensais que le plaisir anal allait me séparer sexuelement de ma femme. il m’en a rapproché.  
Pourtant, elle n’a aucune connaissance de ma démarche. Je crains que si je lui en parle, elle ne se braque. Elle est assez sensible à toutes les questions d’hygiène, et l’anus n’a pas la réputation d’être un exemple d’hygiène. j’ai bien pensé à lui offrir un sex-toy, mais  comme cela n’a jamais été dans nos pratiques, je crains qu’elle tombe des nues, et je n’ai pas envie de jouer notre relation à pile ou face. 
Cela dit, je plante des graines, je fais des allusions, je tends des perches, pour l’instant, je n’ai pas de retour. Elle ne semble pas curieuse de ces choses-là. J’ai parfois l’impression de redevenir un ado qui ne sait pas comment faire pour séduire celle que j’aime, mais à la différence de l’adolescence, je ne me met aucune pression.
 
Bonne soirée à toi et bon cheminement à vous deux