#26622
EpictureEpicture
Participant

Il y a 18 mois donc je place une électrode d’électrostimulation à la base de l’anus, à cheval entre l’anus et le périnée. Mon appareil était réglé en mode massage relaxation, par vagues de fourmillements. Plus je montais en intensité, plus j’avais l’impression d’être pénétré. Ces sensations me donnaient envie de pousser toujours plus loin jusqu’à ce que mon appareil soit au maximum de l’intensité, . Curieux et enthousiasmé par cette découverte je cherche des outils différents que ceux en vente chez Decathlon : simples patchs adhésifs de surface carrée. 
C’est là que en tapant sur google les mots clefs « électrostimulation sexuelle » je tombe sur le sujet d’@Adam :  » retour d’expérience en électrostimulation ». 
En creusant de fil en aiguille je télécharge le « traité d’Aneros », et me voilà parti clopin clopan et en grand secret, sur le chemin du plaisir prostatique, mais avec toujours un petit faible pour l’electrostim, pour varier les plaisirs. Mais quand je vois les techniques développées par certains pratiquants : @matou8313, je fais figure de petit poucet. 
 
S’ensuit alors une longue période de tests et d’expérimentations. Allouant un certain budget à l’acquisition de matériel. L’achat en toute discrétion via les relais colis (cf @Spele42) me permet de constituer une collection de sex-toys et produits en tous genres, mais sans trop insiter non plus sur la partie electrostimulation.  J’y reviendrai. 
 

Aujourd’hui, que j’ai précisé mes besoins en matière de taille et de formes d’objets, que j’ai réglé les questions d’hygiène et de santé rectale (hémorroïdes), que j’ai trouvé le bon dosage et les bons produits en matière de lubrification, et que j’ai mis au point des plugs anal pour « réveiller » ma prostate régulièrement, ma difficulté réside plus dans ma capacité à me trouver l’espace et le temps nécessaire pour pratiquer dans de bonnes conditions, et faire évoluer mes sensations.  Cette difficulté vient du fait que ma pratique s’effectue en grand secret, dans un environnement familial qui ne laisse que peu d’espace.