#26630
AvatarCh313
Participant

Réaliser l’homme
Est ce si important que cela que tu ressentes ta prostate,

C’est une notion difficile a exprimer. Pour moi c’est d’abord pouvoir ressentir la prostate comme organe. Je peux me l’imaginer, mais ça reste une diapo tout comme je l’ai vue à l’écran.
Je peux admettre qu’elle travaille et en ressentir des effets. Je sens les résultats mais pas la cause (pas elle en fait). Elle, elle ne me transmet pas les sollicitations physiques, elle ne me dit pas ‘Aie’ ou ‘encore’.
J’aurais du dire réaliser l’humain, c’est-à-dire l’être complet avec la conjonction du masculin et du féminin. Je veux être moi !

De l’orgasme
Certes j’ai quelques orgasmes, je l’admets, depuis peu . Quand des tremblements incontrôlés secouent mes jambe par exemple. Mais pour l’instant cela ne me prend pas le corps tout entier. Tantôt les jambes, tantôt le buste ça navigue. Peut-être serait-ce plusieurs orgasmes ?
Je n’ai pas assez de recul pour quantifier, qualifier.
Il y a encore tant ‘d’endroits’ de mon corps qui pourraient y participer.
Je n’ai encore jamais été dans cet état avec une partenaire. Et pour l’instant, je suis confiné dans ma solitude.

De la (non) sensibilité ou sensitivité
D’abord, c’est sûr, je suis pas insensible. J’ai une autre sensibilité.
Par exemple, une fois, je me suis coupé l’index jusqu’à l’os. Je n’ai pas ressenti de douleur mais j’ai bien senti la lame pénétrer ma chair. Une sensation proche : passer son ongle en appuyant fort dans la paume de la main sans griffer comme si l’ongle devait couper la paume.
Autre exemple tiré de ma vie professionnelle.
Pour qualifier un état de surface de pièces usinées on procède avec le toucher par comparaison. On utilise une tablette ressemblant à une tablette de chocolat, chaque pavé a sa surface altérée par des défauts calibrés de cinq microns à cent microns. Très rapidement on est capable d’apprécier le plus fin. D’ailleurs, un simple cheveux -quelques microns- se repère facilement avec le doigt.
C’est donc le cerveau qui traduit l’influx nerveux en sensation. Peut-être dois-je lui apprendre un nouveau langage. Ou bien une autre piste : une expérience malheureuse m’aurait complètement bloqué ?
Me toucher, me stimuler, me griffer comme me le susurre Bzo ne provoque pas de sensations supplémentaires. Mais j’ai déjà eu une surprise : dans un état proche de l’orgasme, d’un mouvement involontaire, ma main a effleuré l’intérieur de ma cuisse, j’ai été comme transpercée par une décharge électrique. Fulgurance impossible à décrire. J’ai failli tomber de mon fauteuil.

Un plus gros masseur ?
Pour l’instant, je n’éprouve pas le besoin. J’ai déjà essayé, le seul plaisir est de me sentir ‘rempli’, bousculer ma prostate m’a plutôt conduit à des désagréments (saignement). En cette période de convalescence, je ne pense pas retenter ces expériences.