#26651
JieffeJieffe
Participant

Bonjour Epicture,

Je souhaiterais avant toute chose préciser un point, qui n’est que mon avis, mais qui précisera peut-être ce que j’écrirai par la suite. Le fait pour un homme de profiter du plaisir prostatique et/ ou du plaisir anal ne fait pas de lui un homosexuel. C’est un raccourci erroné et réducteur. Je n’ai aucun problème avec l’homosexualité, ni avec les homosexuels, mais ce terme définit selon moi bien plus qu’un acte physique. Un anus, tout le monde en a un, et quoi que quiconque puisse dire, il s’agit d’une zone fortement érogène. Être homosexuel est bien plus à mon sens, il s’agit ici de vouloir vivre avec une personne du même sexe, partager ses joies et ses peines, des activités, élever des enfants… Une dimensions d’amour qui n’existe peut-être pas dans une simple relation que peuvent avoir deux personnes du même sexe, juste pour le plaisir.
Bref, ceci est une aparté, mais précise ma façon de voir les choses. Et c’est un peu ce que j’ai voulu dire dans mon message. Tu as réussi à dépasser cette idée que tout homme qui joue avec son anus et un pédé, une couille molle…. bien que cela était solidement ancré dans ton esprit par ton éducation. Je trouve tellement dommage que certains hommes sous ce prétexte s’empêche ces découvertes. Et j’irais bien plus loin, je suis persuadé que d’entamer un tel cheminement nous rend meilleur; il nous ouvre l’esprit, nous permet d’être moins dans le jugement, être plus tolérant… Tant de sentiments positifs qui ne peuvent que contribuer au bonheur de chacun. Imagine une vie dans laquelle tout le monde est en paix avec soi même, avec les autres par conséquent, tolérant, sans jugement… il y aurait bien moins de bagarre dans les stades de foot, certainement mois de guerre, de terrorisme…. Et tout ça est presque exclusivement masculin.
Ça rejoint ta deuxième idée de dominant/ dominé. C’est un sentiment auquel je n’ai pas accès, tout au moins je le crois (les personnes qui me connaissent diront peut-être le contraire). Je suis aujourd’hui « manager », « chef », et ça me pose un gros problème, je ne sais pas faire. Je dois avoir un rapport de subordonnés à subordonnant, ça m’est extrêmement difficile et reproché par mes supérieurs.
Je connais mal le mileu homosexuel, et tu dis que les rapports dominants/ dominés y existent également. Je veux bien te croire. Ce que j’ai pu constater pour le peu que j’ai fréquenté, c’est qu’ils ont tout de même une sensibilité différente, bien souvent une plus grande ouverture d’esprit que les hétérosexuels, et sont souvent plus tolérants. C’est pour ces raisons à mon sens qu’ils sont traités de lopette, parce qu’ils ne répondent pas aux canons de l’Homme dans toute sa virilité, le Mâle qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, qui donne des ordres, qui plie ses contemporains à ses désirs.

Ton idée de valse du corps et de l’esprit pour parts égales, avec respect de l’un pour l’autre (si j’ai bien compris) et fort intéressante. Je ne l’avais jamais envisagé sous cet angle, mais je pense que c’est une piste que je vais creuser. J’avoue que pour le moment elle est floue dans mon esprit. Je vais la laisser ce poser et évoluer.

Pour reprendre les conseils d’Andraneros, et pour préciser ce que j’en ai compris, je n’y vois pas le risque que ta femme y voit une quelconque insatisfaction de ta part. Sous un prétexte médical, tu as certaines pratiques, qui ont pour effet collatéral de t’ouvrir à une autre sensualité, tout bénéfice pour elle. Elle ne se sentira donc pas mise à l’écart, ni remise en cause. Enfin, c’est comme ça que j’ai compris les conseils d’Andraneros. Tu peux dores et déjà le lui prouver, puisque tu as essayé sans lui en parler parce que tu souhaitais en vérifier l’efficacité. Elle a pu constater que non seulement cette pratique ne t’éloignait pas d’elle, mais au contraire t’en rapprochait.

Cependant, cela me gêne de faire l’impasse sur la dimension plaisir

Si j’ai bien compris l’histoire des Aneros, il s’agit au début d’une recherche médicale, pour le traitement de la prostate. Ils ont découvert par hasard que cela pouvait donner du plaisir. Si cette histoire est vraie, il n’est pas impossible que d’ici quelques années les médecins prescrivent un Aneros, avec peut-être même prise de mesure pour définir le modèle le mieux adapté, et des séances avec apprentissage!!! Sans faire d’impasse, tu peux simplement préciser que ces massages peuvent même générer du plaisir chez certains.

Bon cheminement Epicture, au plaisir de lire tes prochains témoignages.