#26660
EpictureEpicture
Participant

Bonjour ,


@Jieffe
, tu le dis autrement, avec tes mots, ta compréhension, mais tout ce que tu as dit sur l’homosexualité je suis entièrement d’accord avec toi. Je ne connais pas du tout le « milieu homosexuel » je ne peux donc pas affirmer qu’ils ont une sensibilité spécifique. Je ne peux d’ailleurs rien affirmer les concernant, je fais l’hypothèse que comme tout être humain ils sont soumis aux mêmes tentations d’être dominant ou d’être dominés. Et que par conséquent la difficulté d’approcher le plaisir, qu’il soit prostatique ou non, est de même nature.
Tu as bien pointé du doigt la difficulté que cela représente quand on est dans la position de manager une équipe et que cette équipe attend de toi que tu la manage, et que tes supérieurs aussi.

Mais là n’est pas le sujet. Il faut d’abord préciser que je ne confond pas la question dominant/dominé et les rapports BDSM qui sont consentis. Les rapports dont je parle sont eux plus ou moins consenti, ou disons autrement consentis par la force des choses. Ce que je pense, c’est que dans un cas comme dans l’autre (dominant ou dominé, manager ou managé, chef ou grouillot, homme dominant femme soumise, ou l’inverse) on reste cantonné dans une perspective stérile qui vise le rapport fusionnel. Nous sommes baignés par cette idée que l’union, le rassemblement, l’égalité, la fusion, conduit à la paix, ce qui est contradictoire avec le constat que chacun fait de sa différence. Il y a là, à mon sens un point fondamental. Sortir de cette perspective, c’est s’ouvrir les portes d’une autre vie ou chacun dans sa différence respecte celle de l’autre et ne cherche pas la fusion qui ne peut que conduire au sentiment de l’un ou de l’autre d’être consommé, et de s’en révolter.
S’engager sur la voie de cette autre perspective, me semble strictement identique à celle qui conduit au plaisir prostatique, mais non dans le rapport qu’on entretien avec les autres, mais dans ceux qu’on entretien avec soi-même. Soi-même entant que corps et esprit. Les témoignages de BZO sont très représentatifs il me semble de cette danse qu’il engage avec lui-même : il se fait l’amour. Il faudrait l’interroger sur ce point. Quoi qu’il en soit, c’est un cheminement solitaire. Non qu’il ne soit pas partageable, ce site prouve le contraire, mais chacun en est seul responsable.

Pour ce qui concerne les pistes de progression sur le terrain de la présentation de tout ça à ma femme, je suis d’accord avec vous @Andraneros et @Jieffe, que l’aspect santé peut être une bonne approche sans occulter la partie plaisir. Il faut que je mouline tout ça dans ma tête.

Merci pour vos réactions qui font toujours progresser