#26690
logansanlogansan
Participant

Un petit retour participatif parmi vous. Je ne cesse de vous lire, mais je ne rajoute mon ‘grain de sel’ que quand j’en estime une utilité.
Oui, ces orgasme ‘aneros less’ sont un petit bonheur.
Pour ma part, au matin, je me réveille avant l’heure grâce au réveil de ma prostate (je suppose que le remplissage de la vessie dans la nuit et la retenue de la miction involontaire et indépendante active les muscles, la circulation sanguine et donc la sensibilité de la zone. Une dose plus élevé de testostérone au petit matin peut en être aussi une des causes, il me semble avoir lu quelque chose à ce propos).
Je suis détendu, en forme, sans pensées parasite de la journée, puisqu’elle ne fait que commencer et que celles de la veille ont été triées dans la nuit. Et je respire avec le ventre.
De douces contractions périnéales diffusent une chaleur, du plaisir léger mais très satisfaisant, sans forcément avoir de pensées excitantes, juste vivre l’instant et profiter. Une sensation de bien-être est installée, et quand je veux intensifier le phénomène, je contracte plus ou moins fort le périnée, les sphincters, à tour de rôle, jouant sur l’intensité. Le plaisir devient plus fort, puis me submerge petit à petit sous forme de vague (j’adore comparer le plaisir prostatique à une marée montante, surtout qu’une image mentale de détente pour moi est d’être sur une plage avec le vent, le bruit de la mer montante…).
Quand le plaisir arrive au maximum de chaque vague, je me laisse submerger par un plaisir qui s’intensifie, qui peut durer quelques secondes, 1 voire 2 minutes, je ne crois pas avoir vécu plus longtemps cet état en continu. La vague se retire et revient, la aussi le temps n’est pas forcément le même. Je ne suis pas forcément excité sexuellement plus que cela. En érection, au repos au niveau de mon sexe, cela dépens, je suis surtout en état relaxé, centré sur les sensations ressenties.
Puis la mer se retire lentement, l’intensité des vagues diminuent. Puis, bon, il est temps de se lever !
Je vis cela en général de 30 minutes à 1 heure, quand j’ai le temps de rester au lit, ou que mon corps est suffisamment reposé de sa nuit.
Si je ne coupe pas ce réveil adorable par une masturbation, je profite de douces et agréables sensations au moins toutes la matinée dans le bas-ventre. Quand la vie me permet d’en profiter bien sûr. Et rien de plus satisfaisant de pouvoir placer une séance aneros (vice, j’adore, en douceur, ou plus dévastateur avec le Hush de Lovense, mais je débute).
Il m’arrive d’utiliser des techniques tantriques, chinoises… empirique surtout, de respiration et de circulation de l’énergie. Je fais véhiculer l’énergie sexuelle du bassin vers la tête en passant par le dos, les contractions périnéales servant d’impulsions. Je fais tourner l’énergie dans le sens des aiguilles d’une montre sur des multiples de 9 (merci Mantak Chia) puis dans le sens inverse, le même nombre de fois. Puis en collant la langue contre mon palais, je la laisse descendre au niveau de mon nombril, donc par le devant du corps. et là aussi, je la fait tourner selon le même principe ; sens des aiguilles – multiple de 9, puis dans l’autre sens autant de fois. Détendu, relaxé et plein d’énergie pour la journée.
De plus, je n’ai pas l’impression de progresser avec masseur prostatique (mais je ne me sens pas à plaindre), c’est ma faute, je manque de patience. Donc je profite de mes capacités, et je sais qu’il me reste du chemin à parcourir quand je lis certains d’entre-vous. Mais je n’éprouve pas de jalousie, parfois la frustration de certaines cessions moins fortes, mais nous les vivons tous.
En tout cas, pour moi, ces états s’atteignent par un abandon, une confiance dans l’état présent, une acceptation de son féminin, d’être surtout pénétré librement. Et si possible en laissant le pénien de côté, là est ma faiblesse je pense.
Bref, renforcez vos muscles PC par de petits exercices, quand vous y pensez, quand vous avez le temps. Vous saurez les différencier, varier les intensités de contractions, et ils seront libres de se gérer tout seul pour votre plus grand plaisir. A deux ou tout seul.