#26702
bzobzo
Participant

congé aujourd’hui, comme souvent les mercredis

j’ai la prostate qui me démange terriblement dans son nid
mais je résiste, je me réserve pour ce soir,
un minimum de discipline
sinon je vais finir par ne faire que cela du matin au soir quand je ne suis pas au travail

mais j’en ai tellement envie,
j’ai encore la jouissance de la séance d’hier soir qui me coule vaguement dans mes veines
et cela crée un désir assez irrésistible

mais bon, un peu se retenir, un peu beaucoup, faire monter la pression,
je sens aussi que cela peut être bénéfique,
ce soir quand je vais lâcher les chevaux et les chiens et que la chasse à courre va commencer,
la meute affamée va se ruer dans les sous-bois ombrageux,
cela va être un délice de carnage tout en gémissements et râles plaintifs ce soir,
ça va saigner, suer, suinter, pisser même peut-être après,
l’urine chaude dégoulinant sur son ventre
à quelques encablures de ma prostate encore dans tous ses états
les yeux chavirés dans l’au-delà du plaisir,
ça va hurler à la mort lente