#26713
Avatareveilletajoie
Participant

Merci bzo pour ton regard toujours novateur.

Jusqu’ici j’ai utilisé les contractions volontaires pour lancer la machine et ensuite – quand ça a marché – ce sont les stimuli externes et les contractions involontaires qui ont généré les différentes formes d’orgasme que j’ai connus.

Si je te suis bien, tu arrives à contracter différents groupes de muscles pour masser ta prostate d’une manière qui lui plait, et avec de la précision dans le rythme, la pression et la direction des mouvements?

Tu saurais me décrire comment tu génères ces différents mouvements? Est ce que tu y es arrivé via ta pratique avec tes masseurs ? Ou tu as fait d’autres exercices type kegel ?

Pour l’instant dans ma gestion du masseur et de ses mouvements je n’ai que trois cordes à mon arc:
– la poussee (expulsion) qui peut venir appuyer sur l’anus
– la contraction qui fait pénétrer le masseur plus loin, pour qu’il vienne caresser la prostate. Sur ce point j’arrive à des caresses très lentes et millimétriques
– le relâchement complet, je détends tous les muscles et laisse le masseur flotter. J’ai souvent associé l’impression que quelque chose de frais et liquide s’ecoule de mon ventre à mon bas ventre
Je module ces mouvements avec :
– la position du corps, debout, appuyé sur mes coudes ou au contraire appuyé sur mon dos en position de chaise, assis, couché avec les jambes allongées ou remontées, dos à plat et jambes sur le côté, en chien de fusil jambes croisées…
– la visualisation: je focalise mon attention sur la tête du masseur et j’imagine que mes chairs viennent se pelotonner, se frotter, s’enrouler, cajoler… contre cette petite boule de plaisir

Ça m’intéresse de savoir comment tu t’y prends pour faire activement du bien à ta prostate.

Au plaisir de te lire