#26819
AndranerosAndraneros
Modérateur

Bienvenue sur le forum @roulavelo87.
Le professeur urologue venu pour parler de la prostate à l’occasion de la publication de son livre se place bien sûr dans une logique parfaitement académique (de médecine). Le journaliste n’est pas présent au micro pour parler sexualité et encore moins d’une méthode particulière d’accès à la jouissance orgasmique. Ce n’est donc pas étonnant que votre message n’ait pas été retenu.

J’ai quand même noté ce passage très court qui n’a donné lieu à aucune question du journaliste :

Le massage de la prostate revient à la mode pour le traitement des prostatites

et peut donc passer comme une mention teintée de mépris, juste pour dire.

J’ai, en revanche, entendu que de façon tout à fait officielle le monde médical sait maintenant que les femmes possèdent un résidu de l’organe précurseur de la prostate présent chez tous tous les fœtus sous forme de mini glandes à l’origine de la micro éjaculation féminine, distinguée par l’urologue de l’effet femmes fontaines.

J’ai aussi entendu que la prostate était une glande entourée d’un tissu musculaire dont les contractions servent à mélanger tous les composants du sperme et à les expulser. IL y a donc bien
• muscles,
• et contractions musculaires,

Donc si la prostate en tant que telle n’est pas innervée, le tissu musculaire qui l’entoure l’est. Si ce que je comprends est correct cette description explique une partie du processus en œuvre dans l’accès à la jouissance « prostatique ». Elle valide d’un point de vue anatomique la notion d’orgasme prostatique même si le terme peut être considéré comme inadapté si l’orgasme est en fait la perception de ces contractions musculaires appliquées sur la prostate, et non des contractions de la prostate elle-même.

De mon point de vue le Professeur François Desgrandchamps en dit plus que l’extrait
« le cerveau ne sait pas où est la prostate, il n’y a pas de nerf, ce n’est pas un interrupteur pour l’orgasme »
que vous avez retenu. Bon cheminement @ roulavelo87.