#26847
bzobzo
Participant

merci encore pour ce article concernant le cerveau reptilien,
je ne connaissais pas du tout,
c’est tout à fait étonnant que durant mes séances,
j’ai plus ou moins »redécouvert » ces trois cerveaux
en leur donnant les noms de moi agissant, moi ressentant, moi pensant.
tout à fait passionnant et cela me conforte fortement dans mes expérimentations, mes découvertes

j’ai déjà un peu étudié tout cela au boulot
mais durant ce week-end pascal, je vais approfondir le sujet,
tu penses bien que cela m’intéresse au plus haut point

donc en synthétisant et reformulant,
il faut privilégier le cerveau reptilien durant la séance pour nous mener,
il faut aussi reprogrammer celui-ci pour se mettre au service entièrement du féminin en nous,
je vois et je ressens ce féminin comme une espèce
de mystérieuse, de providentielle nappe phréatique au fond de nous,
elle est là pour nous permettre de croître, de mûrir, de nous épanouir
et aussi pour accéder à un plaisir infini

le cerveau pensant va sans cesse vouloir interférer avec ce que l’on fait,
c’est son job mais ici, il faudrait pouvoir l’éteindre,
comme cela n’est pas possible,
il faut apprendre à ne pas faire attention à tout son verbiage,
pas essayer de refouler ses pensées car c’est lui accorder de l’attention
et le lien avec le cerveau reptilien est immédiatement rompu,
non juste laisser les pensées aller et venir comme si de rien n’était
et ne leur payer aucune attention,, ne les prendre en compte en aucune façon,
même si parfois c’est tentant de les suivre,
forcément on est des êtres pensants
et il est normal de vouloir suivre les directives de notre intellect
mais justement durant la séance, il faut apprendre à faire tout le contraire

Et oui, il faut bien faire la distinction entre les pensées et les désirs, parce que sinon, plus personne ne va oser bouger. Il faut que les mouvements, caresses…etc soient instinctifs, et non réfléchis ni commandés par l’esprit de raison.

la différence en fait est assez facile à faire, tout ce qui est clairement formulé,
« tiens, je devrais me mettre comme cela ou comme ceci »
ou encore « je devrais essayer de bouger le masseur comme ceci ou comme cela »,
eh bien c’est notre moi pensant

le cerveau reptilien, c’est instinctif, c’est de la pulsion,
c’est non réfléchi, en aucune façon c’est réfléchi,
cela peut sembler déconcertant au début
mais c’est juste une question d’apprendre à écouter son désir, son plaisir
et plus précisément son désir et son plaisir féminin

c’est pour cela que j’ai écris au-dessus,
qu’à présent au stade où j’en suis arrivé
et au vu de ce que je vis désormais durant mes séances
et mes découvertes par rapport au rôle du cerveau reptilien
et la façon dont je m’en sers exclusivement pour conduire mes séances,
je conseillerai aux débutants plutôt de bouger et de se caresser n’importe comment,
de manipuler le masseur maladroitement, sans préméditation
plutôt que de réfléchir leurs gestes, leurs caresses, les déplacements du masseur

leur instinct, leurs pulsions vont vite venir à leur rescousse, à leur rencontre
parce que la place sera là, prête pour eux, pour qu’ils prennent les choses en main,
tandis que s’ils réfléchissent leurs actions,
ben ils n’y aura quasiment aucune place pour créer le lien avec le cerveau reptilien,
à laisser celui-ci prendre la direction des opérations