#26875
AvatarCh313
Participant

Bonjour,
Cela fait quelques temps que je n’ai rien écrit car mon problème est que je n’arrive pas à transcrire ce qui s’est passé dans la ‘séance’ qui s’est passée.
Comme au ‘sortir’ d’un rêve, ou d’une séance d’hypnose, les ‘souvenirs’ s’estompent rapidement. Je ‘pratique’ tous les jours, avec ou sans masseur, les sensations sont toujours énormes, les ‘orgasmes’ me submergent souvent à répétition.
Mais hier, j’ai eu la même aventure que Jieffe.
Un fabuleux voyage dans ma féminité avec plusieurs ‘orgasmes’ m’emmenant au plus profond de mon corps. Je suis bien loin de chercher ma prostate !
À un moment d’intense jouissance, je ne sais pas comment c’est arrivé, mon sexe a émis un jet qui s’est répandu chaudement sur mon ventre.
Ai-je éjaculé ?

Ici maintenant PAUSE ! je n’arrive plus à écrire, mes doigts tremblent, je suis presqu’en train de jouir en vous le racontant. Je vais promener le chien, vider les poubelles.

Je reviens à mon récit.
Depuis mon opération, je n’ai plus de sperme. Plus d’émission donc plus d’éjaculation évidemment.
Mais le plaisir éjaculatoire reste présent. La sensation d’écoulement aussi. Manque la sensation de ce liquide chaud sur mes doigts.
Mais ce n’est pas celle que j’ai eue cette fois. Je ne me suis pas masturbé.
J’ai laissé faire, il n’y a eu qu’un jet. Au bout de plusieurs minutes, j’ai constaté que ce n’était pas du sperme, la consistance était plus fluide, il n’y avait pas la couleur laiteuse du sperme. Je dirais que c’était comme un mélange de liquide séminal et d’urine, pratiquement sans odeur.
Et j’étais toute à moiE. Alors j’ai pensé ‘Éjaculation féminine ?’
(À la fin de ma séance, je l’ai noté de suite)
Me voilà encore plus femme que jamais !

Le plaisir a encore duré longtemps. J’avais inséré le masseur vers quatre heures, ne me rendormant pas, je me suis levé et j’ai déjeuné vers cinq heures et l’aventure a duré jusqu’à huit heures passée.
Mes séances habituelles au lever durent en général plus d’une heure et demi, souvent plus de deux heures.
Comme Jieffe, je me contrôle un minimum, je ne suis pas seul non plus et je ne partage pas cet espace intime avec ma compagne.
Donc le ‘super O’ n’est pas encore envisageable. Je mets entre guillemets le mot orgasme, pour moi, il n’est pas prostatique précisément. (Il est peut-être pas important de savoir d’où il vient comme dit Bzo)
C’est beaucoup plus ‘large’ comme emprise. Les différentes parties de mon corps ‘vibrent’ de façons différentes qui semblent indépendantes et pourtant ‘de concert’. Pendant que mon bassin ondule d’avant en arrière et que mes jambes tressautent, mon vagin serre très fort par vagues comme pour aspirer le sexe qui me pénètre et des vagues de chaleur me traversent des cuisses au diaphragme. Parfois ma respiration se bloque, je m’étouffe, je ne sais plus comment déglutir, je me mets à éternuer tousser comme si mes poumons allaient exploser ou imploser. Je sais plus.
Comme je disais qu’il m’était difficile de transcrire ce qui se passe dans mes séances, je reviens sur mes expériences précédentes que j’ai relatées.
Je les ai écrites totalement ‘dans le feu de l’action’.
J’étais l’œil derrière la caméra en même temps que j’étais l’actrice ou l’acteur voire les trois ensemble. Le plaisir est probablement pluriel entre le physique et le cérébral. Parfois je me dis qu’il faudrait que je recommence à écrire ‘en direct’. Mais chaque fois j’ai remis à plus tard.
À plus