#26877
AvatarMonplaisir14000
Participant

Bonjour à vous,

Nydor01, Andraneros, Iogansan, Hedoniste, Jean74, Jieffe, entre autres, ou devrais-je a priori dire « frères de sensualité » ?

Je découvre ce site par hasard et surtout ce post et son fil alors que régulièrement depuis des années, j’essayais, en vain, de trouver d’autres des pistes et des témoignages intéressants et enrichissants pour élargir mon champ de connaissance sur le plaisir prostatique.
A vous lire, il semblerait que je puisse même aller au-delà et élargir mon champ de conscience 😉

Pour être plus poli, je me présente rapidement. J’ai 45 ans, en couple et j’ai découvert qu’une autre approche de ma sexualité et sensualité était possible vers 33 ans. Jusqu’alors, même si je pense posséder comme vous un ressenti de mon corps et ouverture d’esprit un peu plus développés qu’une majorité des hommes, mes expériences avec les 2 sexes s’étaient cantonnées à un plaisir éjaculatoire classique. Bien sûr le toucher, les massages et autres préliminaires faisaient partie intégrante et naturelle de ma sexualité et le titillement ciblé de la prostate m’était inconnu, même si lors de pénétrations digitales ou phalliques, je m’étais quand même dit que quelque chose demandait à être approfondi à cet endroit…

Ainsi, j’ai commencé à me documenter et à explorer cette voie avec les doigts et mon 1er Anéros… Et en effet, « miracle », la méditation et respiration de l’époque aidant, j’ai découvert que le massage minutieux et délicat de cette petite châtaigne qui, en gonflant sous les caresses, pouvait provoquer des plaisirs et des orgasmes extraordinaires. Orgasmes d’abord timides mais en apprenant à m’abandonner, j’ai parfois cru que ma tête aller exploser tellement la pression sanguine des contractions et les soubresauts de mon corps étaient violents. Je concède que cela arrive quand on a vraiment le temps devant soi : entre les préparatifs hygiéniques, la relaxation etc, c’est un luxe que l’on ne s’accorde pas tous les jours. Parfois, lorsque le temps ne s’y prête pas ou que ça met plus de temps à venir que souhaité, j’avoue écourter la séance et reprendre « la chose » en main 😉 pour revenir à un orgasme « conventionnel » même si plus fort que sans les stimulations prostatiques bien sûr. Je passe sur l’achat d’un second Anéros avec vibro que j’ai également abandonné. Pour tout avouer, je n’ai pas trouvé mieux au fil des années que la sensation de la main et la dextérité de mes doigts jusqu’à la lecture de votre fil qui m’a interpellé.

Initialement, je cherchais plus de témoignages sur le type d’orgasme lors que la montée du plaisir prostatique par massage car rares sont les récits ou videos qui vont jusque dans le détail à ce sujet.
En fait, j’ai constaté chez moi deux manifestations du plaisir prostatique au-delà du ressenti à l’intérieur même :
– La première est une forme d’éjaculation lente, plus ou moins épaisse, plus ou moins translucide qui coule avec l’intensification du plaisir, ce que certains appellent le milking ou traite de la prostate, souvent évoqués médicalement comme nécessaire dans la prévention du cancer de la prostate. Celle-ci, je pense que chacun la connait
– La seconde, sur laquelle j’ai plus de difficultés à échanger ou trouver des homologues, est plus particulièrement liée et associée au moment de l’orgasme même, cette forme de transe qui se manifeste et qui pourrait soulever le corps, comme je l’ai lu dans vos témoignages. A ce moment, chez moi, c’est un jet liquide comme l’urine qui est expulsé de ma verge simultanément à l’orgasme… Pour ceux qui connaissent, je compare cela complètement à l’orgasme du point G des femmes dites « fontaines ». Et là également, comme pour les femmes fontaines, il ne s’agit pas d’urine, je vous assure, mais bien d’un autre liquide… translucide, avec une odeur et un goût similaire à celui des femmes. Cet orgasme est reproductible plusieurs fois tout comme l’orgasme « sec » que vous décrivez dans votre ventre… Il est même addictif tellement les transes sont bonnes…

Alors qu’il n’y a déjà pas beaucoup de « littérature » et videos sur le premier plaisir, je constate un vide sidéral médical et même généraliste sur le second. Il y a tout un tas de mec qui intitulent leurs videos « plaisir prostatique » et pour lesquels la video se termine par une masturbation manuelle et une éjaculation « standard ». Quelle perte de temps en recherches 😉 Je n’ai encore jamais trouvé de video ou témoignage d’un homme avec mon type de plaisir n°2 « homme fontaine »…

Voilà donc où j’en étais jusqu’à ce que je lise vos témoignages qui permettent à la fois de me dire à mon tour que je ne suis pas seul 😉 mais surtout et en plus qu’il y a encore une autre forme d’orgasme dans cette zone que l’on puisse pratiquer avec moins de préparatifs hygiéniques et dans plus de situations.

Quelle nouvelle sensationnelle !!! Savoir que l’on peut apprendre à développer ce plaisir, ces sensations, ces orgasmes également sans avoir à toujours aller fouiller manuellement notre « intérieur ». Une source complémentaire à explorer, à s’approprier… « Hommes de tous pays, donnez-vous la main » (ou aussi l’expression qui prend tout son sens : « sortez-vous les doigts du cul ! »), il existe un ou des plaisirs prostatiques « sans aides externes » que l’on nous cache savamment … De plus, j’imagine qu’avec le temps, on peut le partage avec une compagne ouverte d’esprit…

Ce qui me plait également, c’est l’approche ésotérique et méditative de certains d’entre vous… Quel bonheur d’imaginer pouvoir concilier développement personnel, sensoriel et érogène. Ce que j’ai lu sur les tétons donne également très envie de développer cette sensibilité et là encore tout est logique lorsque l’on lit les derniers travaux sur le lien entre le titillement des seins féminins et les effets sur le plaisir clitoridien et le réveil du point G. Si les hommes et les femmes possèdent encore une partie commune de leurs tissus génitaux d’avant la formation des organes sexuels du foetus, tout cela fait sens. Mais je ne m’aventurerai pas sur ce chemin de savoir ce qui se passerait dans la société si étaient révélés notamment ce que nous sommes en train de (re)découvrir et que nous brisions le pseudo équilibre institué de l’Homme ne prenant du plaisir que par la pénétration de la Femme (ou d’un autre homme). L’union, la fusion énergétique des corps, les orgasmes d’autres zones érogènes, les voyages orgasmiques ne sont pas prêts d’être inscrits dans les manuels de SVT 😉

Voilà, désolé d’avoir était plus long que prévu. Je voulais faire court mais au moins vous en savez un peu plus sur moi et les informations que nous pourrons échanger. En attendant vos réponses, je vais pratiquer vos techniques dans les prochains jours et voir si je pourrai prétendre à une intronisation, l’introduction étant temporairement bannie 😉

Bien cordialement

Christophe