#26910
bzobzo
Participant

Si je me souviens bien, cela t’est venu par hasard? Ce n’était ni un désir ni un fantasme? Et elle s’est imposée à toi soudainement.

cela s’est imposé peu à peu

au plus tu te lâches, au plus tu laisses parler ton instinct,
au plus tu ressentiras du féminin qui montera de la cave,
ce seront d’abord quelques bizarres sensations ici et là,
des sensations inhabituelles, des sensations tout en rondeurs, en courbes, feutrées,
d’abord, après il y aura aussi beaucoup de violence, beaucoup d’animalité, de tellurisme,
peu à peu il y en aura de plus en plus, de ces sensations, une lente inondation

comment cela va se traduire?
l’envie de bouger différemment ton bassin, de plus en plus langoureusement,
des envies d’offrir ta croupe,
de te serrer lentement et voluptueusement dans tes propres bras,
de caresser tes hanches, tes seins

tout cela est lent et ne se fait pas tout seul,
il faudra faire sauter des verrous, affronter des interdits,
ce ne sont pas les façons innées de bouger et de se caresser d’un homme,
il faudra oser, éclater des tabous

plus tard, tout va aller de plus en plus loin
si tu t’engages sur ce chemin,
tu vas sentir un sexe de femme entre tes jambes, sensation incroyable,
espèce de cavité humide, souple, tout en sinuosités charnues et en nerfs
et qui semble connectée au moteur de l’océan au niveau de la puissance des sensations

dans les dernières phases de la métamorphose,
tu vas sentir un corps de femme entièrement à la place du tien durant la séance,
tu vas sentir des frissons tout d’un coup courir à travers tes membres, t’envahir,
toutes les parties de ton corps sembleront connectées, complices, guidées par le même but,
tu offriras ta chair, tu t’offriras sans arrière-pensée, tu ouvriras toutes les portes en grand,
tu seras tout en courbes , en volutes, en spirales voluptueuses, intérieurement
et tes gestes et tes mouvements en seront les reflets,
tu te laisseras glisser sans rien retenir vers le plaisir, te rendra sans conditions,
il n’y aura plus rien d’autre qui existera que ces vagues qui t’envahiront
comme une marée qui monte