#26996
AvatarCh313
Participant

Merci encore Bzo pour tes conseils éclairés.
Bien sûr, j’ai fureté le web à la recherche d’autres sex-toys.
Évidemment des plus gros, il y en a pléthore, avec fonction vibreur et même multi-moteurs. Mais je n’ai pas encore franchi le pas. Je continue à m’interroger.

Il y a le pour. Oui, l’envie de nouvelles expériences, le désir de nouvelles sensations. La constatation technique aussi me ‘motive’ ; la partie réellement insérée de l’Hélix mesure six centimètres alors que mon doigt fait huit centimètres et c’est au bout de mon doigt que je sens ma prostate. C’est donc évident qu’il me faut ‘plus long’. Il me semble aussi que le bras périnéal est finalement trop souple. Le Maximus Trident se rapprocherait plus de mon choix car les objets ayant une base large ne me conviennent pas bien. Ils ne s’insèrent pas ‘à fond’ et ont tendance à ressortir.
Donc oui à cent pour cent mais il me faut approfondir ma recherche.

Il y a le contre. La raison me renvoie plein d’arguments.
D’abord, un flot de sensations nouvelles ne va-t-il pas occulter la recherche du ‘fil’ qui me ‘manque’ et reporter à plus tard cette découverte ?
Ensuite, à l’étude de mon parcours et à l’observation de mes sensations, je m’aperçoit que ma féminité appelle à la tendresse, la douceur des effleurements qu’ils soient externes ou internes.
C’est dans les mini contractions que l’éventail de sensations est le plus vaste, le plus précis. Il faudra que je reprenne sur la sensitivité.
Et dans mon cheminement je n’ai encore jamais senti l’envie de me faire défoncer bestialement. Je ne suis pas encore prête à cette aventure.

Enfin mon écosystème sexuel n’est pas propice. Je ne peux pas atteindre le maximum, je garde toujours une marge de contrôle. Je n’ai pas encore trouvé de solution.
Si je devais ouvrir une discussion, ce serait plutôt ‘du déséquilibre du couple’ ou ‘comment faites-vous avec votre partenaire réfractaire’. Mais je n’ai pas de solution à apporter et ce n’est peut-être pas le bon endroit pour une thérapie de couple.
Je ne savais pas comment m’insérer sur ce forum. Un grand nombre de post m’interpellent. La recherche de ma prostate, aussi la féminité évidemment, mais encore l’auto hypnose et ressources associées ou encore l’apprentissage du débutant.

J’observe beaucoup ce qui se passe dans ma sphère sexuelle. J’essaye d’aller au plus près de mes sensations, au plus précis de mes endroits.
Si mon esprit se libère des sollicitations environnementales, instantanément je suis dans cette sphère, et que des ‘contractions’ des mouvements sont bien là. Cette sphère doit être perpétuellement en action.
Là, je suis concentré sur ce que j’écris, si maintenant je me caresse les tétons, il ne se passe pratiquement rien. Par contre si j’ai le fait ‘le vide’ en moi, que je me coupe de mon environnement, au moindre effleurement j’explose. C’est fulgurant.
Quand j’insère le masseur, c’est que je suis ‘disposée’ et cela explique que je ‘décolle’ aussi rapidement. C’est mon déclencheur, ma ‘détente’ à ce moment, je n’attends que ‘Ça’ !
Autrement, je me décontracte, ‘pièce’ par ‘pièce’ (endroit de mon corps) je connecte mon esprit. Je me connecte à mon intimité. Il y a ce ‘tapis roulant’ comme d’autre l’appelle, cette image m’a plu. Il y a ces micro vagues qui vont et viennent, elles sont synchrones à mon rythme cardiaque. Ma respiration est lente et posée. Une mini contraction (comme pour me retenir) à peine quelques secondes qu’un spasme aussitôt l’accompagne.
J’ai le choix : je contrôle ou je me laisse déborder ? C’est évidemment selon les conditions extérieures que je vais poursuivre.
C’est évident que cela stimule ma prostate. Mais je ne sens qu’un picotement, pas ‘Ma Glande’.
Si je laisse aller, j’effleure mes tétons et aussitôt mes jambes partent dans de fols tremblements.
Là, sur l’heure, je ne peux pas aller plus loin.
Je suis obligé d’arrêter l’étude et cette discussion.
Mais à bientôt, c’est sûr.