#27038
JieffeJieffe
Participant

Une chose que je n’ai pas dite mais que je tiens à consigner ici, elle me semble importante dans mon cheminement: je n’ai plus beaucoup d’intérêt pour mon sexe, et ce depuis un petit moment déjà.
Je n’ai plus de rapport avec ma femme, ni avec d’autres d’ailleurs depuis bientôt un an, et je ne me masturbe pratiquement plus. Cela ne me manque pas, et quand je le fais, c’est un peu ou par habitude, ou parce que ça génère tout de même du plaisir et ce n’est pas désagréable, mais ce n’est pas une envie irrépressible comme j’ai pu en connaître.
En fait, je crois bien que cela me satisfait peu aujourd’hui, je trouve cela pauvre. Bien sûr, il y a le moment de l’éjaculation, toujours bien agréable, mais qui reste pauvre en regard de ce que je peux connaître.
Je peux même aujourd’hui attraper mon sexe durant une séance, lorsqu’il est en érection, et faire des mouvements de va et vient comme pour une masturbation classique, mais ça ne va jamais au delà de deux à trois aller retour. Cela ne me procure pas de plaisir, je dirais presqu’aucun.
La comparaison avec l’orgasme prostatique est rude: lors d’une masturbation, je ne ressens pas grand chose, ou un tout petit plaisir jusqu’à l’éjaculation, qui elle me procure du plaisir. Est ce que c’est la même chose pour vous?
Lors d’une séance de massage prostatique, lorsque le plaisir arrive, il ne te lâche plus, il va, il vient, il ondule, s’intensifie, diminue un peu, mais ne te lâche pas. Et finalement il est beaucoup plus intense que le plaisir pénien, je m’en rends compte maintenant parce que comme je l’ai précisé, je ne me masturbe presque plus, et je l’ai fait hier.
Le sexe à proprement parlé ne me manque plus, je pense. Je veux dire mettre mon sexe dans celui d’une femme. Ce serait plus le contact charnel, la peau, les caresses, les rapport buccaux génitaux qui me manqueraient.
C’était la petite réflexion du soir…