#27463
AndranerosAndraneros
Modérateur

Tu nous dis @fidelio :

J’ai des organes, je peux les stimuler et ça entraîne des réactions modulées par mon humeur. C’est physiologique. Pas besoin de se retourner la cervelle avec des histoires de genre, de féminin/masculin…
Avec l’expérience, j’ai compris que je n’avais pas bougé d’un iota, je suis resté la même personne, simplement augmentée par cette richesse nouvelle,

Je faisais un constat similaire en mars 2015 en considérant à ma manière la réunification des états psychologiques et des attitudes auxquels notre cheminement nous conduisait :

En y réfléchissant je prends conscience aussi, bien que cela paraisse évident à la lecture des tests, que ce n’est pas un hasard si les masseurs (godes, stimulateurs prostatiques…), les techniques (pegging, positions…) et les rôles( donner, recevoir…) des partenaires deviennent identiques pour chacun des sexes.

La découverte du plaisir prostatique a enrichi considérablement ma sensualité ; en ce sens il y a changement. Mais je n’ai subi aucune transformation. Comme tu le dis @fidelio « je suis resté la même personne ». Mon cheminement m’a permis d’accéder à une part de moi-même qui était seulement enfouie au plus profond sous l’effet de l’environnement culturel dans lequel je baignais. Tu nous disais en août dernier :

Je me souviens que j’avais peur de perdre ma masculinité au début de mon cheminement, aujourd’hui, avec tout le recul dont je dispose, je n’ai plus du tout cette peur, et surtout je peux jouir pleinement du sentiment de sérénité induit par cette pratique qui rassasie sexuellement et psychiquement.

Notre cheminement nous fait découvrir ce que cache le conditionnement social qui nous « fait hommes » au détriment de notre plénitude. Certains vivent cette expérience avec difficulté, d’autres la vivent comme une libération qui leur permet d’accéder à ce qu’ils pressentaient, d’autres, comme toi et moi, la vivent comme un enrichissement, après avoir surmonté les doutes initiaux.

Il est important d’expliquer à nos amis qui se sentent perturbés dans une telle situation que leur personne ne change pas. C’est seulement la perception de leur sensualité qui s’élargit, ce qui demande naturellement un ajustement de leur centre de gravité pour garder l’équilibre.

Merci d’avoir ouvert ce sujet. Bon cheminement @fidelio