#27592
AndranerosAndraneros
Modérateur

@vanyfraiz vous nous dites :

Il ne faut pas confondre: plaisir et orgasme…

C’est bien ce que dit le dictionnaire (Petit Robert) qui donne la définition suivante de l’orgasme :

Le plus haut point du plaisir sexuel qui est son aboutissement.

Selon cette définition quand on vit son plaisir sans ressentir ce plus haut point, ce pic, on perd le repère de l’orgasme. Or notre conditionnement impose l’orgasme avec éjaculation pour l’homme et ses conséquences de fin de partie pour valider le plaisir. Le plaisir sans orgasme tend dans ce cas à être nié ou considéré comme un échec.

C’est ce que je ressentais de mon point de vue masculin et qu’inconsciemment je reportais sur ma femme qui, soumise à son propre conditionnement, ne parvenait pas à me dire que ça ne se passait pas forcément comme ça chez elle. Votre expérience féminine rejoint ce que nous découvrons à l’occasion de notre cheminement vers le plaisir prostatique. On peut éprouver du plaisir et même beaucoup de plaisir sans pour autant atteindre l’orgasme.

Sous l’effet d’un état d’esprit différent et si nécessaire d’un apprentissage, le plaisir ressenti peut devenir plus intense ou plus profond ou plus étendu que le plaisir orgasmique instinctif. Si on sort de ce conditionnement initial on peut entrer dans une culture du plaisir qui autorise
• la disparition de toute attente au profit de l’instant,
• la prolongation des sensations,
• l’intensification des sensations,
• la multiplication des sources de plaisir,
• le temps d’un partage profondément intime avec son compagnon ou sa compagne.

C’est pour cela que le plaisir est pour moi plus important, c’est dans le partage qu’on a avec son partenaire aussi…
Je n’ai jamais eu d’a priori et pour moi si je peux avoir du plaisir en anal, c’est tout à fait normal qu’un homme puisse en avoir aussi.Et le plaisir prostatique c’est plus subtil, c’est pas de la sodomie, c’est différent, c’est l’approche presque spirituelle, donc c’est mon état d’esprit par rapport au sexe, j’aime bien une bonne baise :-), mais tout ce qui amène à faire fusionner le corps et l’esprit grâce au ressenti, c’est juste merveilleux…
Et puis je lui ai offert un Hélix, il a eu vraiment du mal à s’y mettre,on a essayé ensemble, mais ça ne prenait pas, je n’ai jamais insisté, je lui en parlait de temps en temps, en lui disant que ça peut prendre du temps, qu’il faut de la patience,et récemment il s’est acheté plusieurs plug anal, dont un prostatique ( une copie d’un njoy), il sait aussi que pour moi c’est très excitant et quand c’est moi qui lui insère un sextoy, c’est un grand moment de partage…
Maintenant il est plus réceptif, commence à apprécier et prendre du plaisir. On est au début du chemin et il peut nous emmener dans des belles balades de plaisir. Et on en revient à cela… le plaisir avant tout.

Je retrouve dans la description du cheminement de votre compagnon les éléments qui ont marqué l’évolution de mon couple depuis le début de mon propre cheminement. Plus nous renonçons à la dictature de l’orgasme, plus nous prenons de plaisir, plus nous jouissons, plus nous partageons. Je peux ajouter, en ce qui nous concerne, que maintenant nous ne chassons plus nos orgasmes ; nous les recevons quand nous sommes prêts, l’un ou l’autre, comme la cerise sur le gâteau. En échange c’est gâteau tous les jours…

Bon cheminement à vous deux.