#27596
JieffeJieffe
Participant

Bonjour à tous les deux.

Encore merci à Vanyfraiz qui est la seule pour le moment à consentir à nous accorder du temps.

Il ne faut pas confondre: plaisir et orgasme.

Oui, ça je pense que je l’ai bien identifié, et comme le dit Andraneros, notre pratique prostatique nous l’apprend. Il faut comprendre que c’est assez difficile à appréhender pour nous, et pour compléter ce qu’écris Andraneros au sujet de notre conditionnement, qui est bien évidemment très vrai, je rajouterais que la partie ‘plaisir’ est en ce qui me concerne très proche de l’orgasme et de la fin de l’acte. Je l’ai souvent écrit et ai demandé si mes homologues vivaient la même expérience que moi, peu ont répondu, mais voici comment je vis l’acte sexuel: qu’il dure 5 ou 20 mn, le plaisir ressenti est assez faible, que ce soit dans mon corps ou dans ma verge, il s’intensifie dans les (la???) dernières minutes qui mène à l’éjaculation, puis éjaculation et pouf, terminé, baisser de rideaux. Ce qu’il faut comprendre, c’est que schématiquement je fais aller et venir mon pénis dans un vagin jusqu’à ce que je ressente du plaisir, lorsque ce plaisir pointe le bout de son nez, l’éjaculation n’est pas loin. Alors il faut pondérer un peu ça, parce que sinon ce serait bien triste, et le temps passé à atteindre ce plaisir vous est consacré, pour que vous éprouviez le maximum de plaisir. Mais en gros c’est ça, avec un plaisir essentiellement centré sur le pénis.
Vous semblez vivre les choses bien différemment: vous voguez sur un océan de plaisir, tantôt calme, tantôt tempétueux, avec des creux, des vagues, et peut-être de temps en temps une lame de fond qui vous emporte.
Et bien c’est ce que nous vivons avec le massage prostatique, et c’est en ça qu’il est féminin, rien de physiologique la dedans. Cela nous permet comme le souligne Andraneros de mieux vous comprendre. Sans en avoir fait l’expérience, nous sommes persuadés que vous réagissez comme nous.
L’autre chose qu’il nous apprend comme l’écrit Andraneros et qui nous rapproche de vous, c’est que notre pénis n’est pas la seule source de plaisir.

mais tout ce qui amène à faire fusionner le corps et l’esprit grâce au ressenti, c’est juste merveilleux.

Je te rejoins complètement. Et le plaisir est bien meilleur qu’une bonne baise, même si cela reste agréable. 🙂
Le massage prostatique permet effectivement de réunir les deux, dans une approche qui pourrait être qualifiée de spirituelle en effet. On n’est plus dans le gorille qui brandit sa queue… 🙂

je pense qu’il fallait que son corps et sa tête soit d’accord

Oui, ça c’est une condition absolument nécessaire.

J’imagine que ce n’est pas facile pour un homme hétéro de se dire j’aimerais avoir du plaisir en anal, que ce soit prostatique ou en sodomie, d’accepter sa part de fémininité, même si ce n’est absolument pas de la féminité.

Ça dépend. Il y en a pour qui c’est assez facile et naturel, et d’autres pour qui c’est très compliqué. Mais quoi qu’il en soit, pour les premiers comme pour les derniers, il y a souvent une phase de questionnement qui peut être plus ou moins compliquée en fonction de la catégorie dans laquelle on se situe.
Tu as raison de ne pas insister, cela ne pourra pas se faire sans son impulsion et idéalement, il est préférable à mon sens qu’il découvre cela seul. J’ai bien compris que ce serait frustrant pour toi, mais il te reviendrait tout neuf, le même, mais encore mieux 🙂 Et oui, je pense que ce partage qui te tient tant à coeur pourrait être encore meilleur avec les bénéfices de cette pratique. S’il en a aussi le désir (du partage), cela pourrait être la motivation nécessaire à ce qu’il s’y jette pour de bon.
En tout cas ça fait plaisir de voir qu’il existe des filles comme toi. Je trouve ta démarche excellente et ton chouchou a bien de la chance. Mais je suis certain qu’il en est conscient.

Je me sens beaucoup plus femme maintenant avec mes désirs et envies, malgré une vie de maman plutôt complexe.

C’est super, je suis content pour toi. Comme quoi cela vaut le coup quelque fois d’attendre.