#27666
bzobzo
Participant

pour ne pas envahir celui de @bzo

il n’y a pas de problème, tu es le bienvenu, je suis heureux de partager mon expérience
et d’essayer de faire progresser ceux qui me posent des questions

le Pilate est bien ce que tu dis. Il y a aussi une dimension de concentration, mais pas de relaxation

tu fais aussi une fixation sur la relaxation, c’est une erreur pour moi, la meilleure façon d’être relaxé ,
c’est de ne pas se préoccuper d’être relaxé

depuis que je pratique, à aucun moment je me suis posé la question si j’étais assez relaxé,
si je devais être plus relaxé, c’est un faux problème

il faut reproduire les gestes de l’amour à deux, être en action, se faire l’amour,
quand tu fais l’amour avec madame , tu ne te demandes pas si tu es suffisamment relâché,
tu agis, tu bouges, tu fais tout ce qu’il faut pour procurer à madame et à toi-même le plus de plaisir possible,
eh bien, pour moi, cela doit être comme cela,
tu dois tout faire pour procurer le plus de plaisir possible à ce couple que tu vas former durant la séance

il ne faut surtout pas rester statique, il faut s’engager corps et âme dans ce que tu fais,
vibrant d’excitation , t’investir entièrement dans tes caresses,
chercher à s’unir à ta part féminine, sentir cette fusion en toi,
le plaisir prostatique pour moi, c’est une pratique dynamique
où on est quasi constamment en mouvement comme lors du sexe à deux,
d’ailleurs on est à deux mais cela tu le sais déjà,
même si tu ne le ressens pas encore avec toute la force
dont cette alchimie mystérieuse est capable

La plupart du temps, je la fais le soir, aux côtés de ma femme qui n’en sait rien.
Je dois, un peu comme CH313, faire attention de ne pas partir dans des tremblements erratiques, ou dans des gémissements incontrôlés, même si elle sait que cela m’arrive régulièrement, et que ça n’a rien d’inquiétant au contraire.

ce ne sont tout de même pas vraiment des conditions idéales si tu ne peux pas te lâcher complètement
et crier si tu as envie, ruer si tu as envie, te tordre de plaisir si tu en as envie,
te caresser frénétiquement ou plus lentement, balancer langoureusement ton bassin d’avant en arrière

bref suivre ton désir, suivre ton instinct,
suivre ton plaisir comme si tu étais accroché à la nageoire d’un dauphin
en plongée dans le vaste océan du plaisir prostatique