#27667
bzobzo
Participant

le Pilate est bien ce que tu dis. Il y a aussi une dimension de concentration, mais pas de relaxation

cependant j’admets que dans la forme plus répandue, la forme traditionnelle, disons, du massage prostatique
tel que décrit dans le traité d’Aneros, par exemple,
la notion de relaxation compte, elle permet de rester mieux concentrer sur son corps,
sur ce qui s’y passe, elle permet sans doute aussi aux sensations de nous parvenir plus facilement.

On est nettement plus statique, on bouge peu,
on applique des mouvements réfléchis avec le masseur,
on va taquiner presque « scientifiquement » la prostate,
on se caresse souvent les tétons en complément

je ne peux pas en dire beaucoup plus car ce n’a jamais été ma manière de faire,
les deux , trois premiers jours de mon parcours, j’ai essayé comme cela
mais comme je n’arrivais à rien, comme cela ne me plaisait pas du tout,
j’avais l’impression d’être un caillou attendant un miracle,
j’ai commencer à me démener, à bouger, à me révolter, à chercher une voie différente