#27921
Avatarnydor01
Participant

Bonjour à tous,

Après deux ans de pratique, et des avancées particulièrement substantielles ces deux derniers mois, je pense que je suis en mesure aujourd’hui d’apporter des précisions sur le sujet.
Il y a bien deux orgasmes distincts, qui mobilisent des muscles et des nerfs différents, et se manifestent par des sensations et des contractions différentes. Je pense qu’au début j’étais plus proche de l’orgasme anal que de l’orgasme prostatique, notamment, parce que j’avais compris (mal) qu’il fallait activer la zone anale pour parvenir à l’orgasme prostatique. Or, si les contractions anales peuvent favoriser l’émergence du plaisir prostatique, elles ne sont, à mon sens, pas indispensables. Les contractions anales conduisent d’abord à l’orgasme anal ! par déclenchement de contractions anales involontaires (le rectum peut aussi participer, avec cette sensation de poussée vers le bas, ou d’expulsion).
L’orgasme prostatique se déclenche par le jeu des muscles et l’activation des nerfs autour de la prostate.
Dans mon cas je n’ai pas de contractions anales conjointes, ou alors, quelques-unes, mais, de façon anecdotique.
Je ressens d’abord une pulsation sur la face antérieure du rectum, et sous le scrotum. Les sensations orgasmiques induites déclenchent des contractions musculaires du bas ventre et du périnée dans sa partie haute. D’où, à mon avis, ses spasmes et ses soulèvements du bassin caractéristiques, et cette sensation de plaisir profond qui se diffuse dans l’ensemble du corps.