#27942
AvatarEnvole
Participant

Merci merci ! En fait le début de mon témoignage avait pour but de vous faire comprendre mon vécu sensuel transgenre, comment ça a rendu ma vie sexuelle très compliquée et déstabilisante au début (beaucoup de désirs désordonnés et s’exprimant de façon difficile à comprendre, et pas « au bon moment » dans une conception classique de la sexualité), et comment aujourd’hui ça m’a ouvert des portes à des expériences nouvelles et assez globales. D’autre part l’approche spirituelle de la sexualité que j’avais développée avant a aussi permis à ces sensations de plaisirs inconnues de trouver des routes pour progresser dans mon corps et mon esprit…
Merci pour vos encouragements, ça me fait vraiment beaucoup de bien de pouvoir en parler avec vous. D’autant plus que la communauté trans a un peu peur de parler de ces questions, de peur de retomber dans l’image de la déviance sexuelle où on l’a souvent cantonnée, alors qu’il s’agit d’autre chose à la base, même si ça s’exprime par une sexualité non conventionnelle. Le fait même d’utiliser son anus comme vagin, son pénis comme clitoris et sa prostate comme point G, brouille allègrement des pistes bien balisées. Je me permets d’en parler ici de façon ouverte, et ça m’est très agréable, mais je ne le dirais pas comme ça partout…Dans beaucoup d’endroits je pourrais me faire taxer d’affabulatrice, de mytho, de fétichiste, de fantasmeur ou fantasmeuse, et j’en passe !!! Donc merci encore pour votre accueil et votre bienveillance. C’est un espace rare dans lequel nous nous trouvons, j’en ai pleinement conscience…Enfin merci de me rassurer sur le sujet de l’autosuggestion. C’est vrai que j’ai toujours peur de ma grande capacité à m’auto-illusionner…C’est aussi une des conséquences de cette personnalité transgenre qui aspire en permanence à « autre chose » que le corps qu’elle a…La poursuite infinie de la féminité. Mais je confirme ce que vous dites, l’auto-suggestion est une bonne voie pour la découverte de vraies sensations. Des débuts de plaisir que j’ai pu avoir par l’autosuggestion, en « faisant des efforts », ont pu mûrir, et expliquer l’apparition ensuite, des jours voire des semaines plus tard, de petites sensations fort agréables, qu’au moins maintenant je sais identifier et déguster à leur juste valeur, alors qu’avant je n’y prêtais pas tant attention…Et c’était bien dommage, parce que ce sont des portes très intéressantes vers de nouvelles sensations, et dans mon cas, un confort beaucoup plus grand avec mon corps, plus apte au plaisir que ce que je ne croyais…Finalement aujourd’hui j’ai l’impression d’avoir un corps de femme, parce qu’il ressent tout ce que j’ai toujours attribué comme sensations à la sensualité féminine. Un corps de femme avec un sexe d’homme, c’est comme ça que je me vois…Et ça me rend les choses plus supportables.

Pour continuer mon récit, je reprends les notes de mon journal :
(Au passage, petite rectification, je me suis un peu trompée dans les dates, le journal précédent datait non pas du 17 octobre, mais du tout début octobre. Le message qui suit est de la même époque.)

1er octobre 2017 – 5h30
Je suis une femme astrale
l’acupuncture que les bombardements d’énergie venus des astres ont exercée sur mon corps
a dessiné la forme de Venus
Dans ma prostate c’est l’extase
c’est vraiment mon point G
le troisième oeil du sexe
il y a correspondance directe entre ma glande pinéale et mon point G
la glande pinéale est le point G de la conscience
au milieu ça passe par le coeur
ça passe aussi par un point au dessus de mon nombril (le 3ème chakra?)
que j’imagine être mon utérus virtuel, là où les femmes ont « des papillons dans le ventre »
Je suis la loi de l’univers et l’univers veut que je sois une femme
j’ai senti comme la puissance de l’univers en moi
je l’ai accueillie
je suis heureuse
j’avais peur d’être heureuse
mais je suis heureuse
parce que je n’ai pas craint l’extase divine
j’ai reçu cette puissance
je l’ai accueillie
tout en gardant conscience que je ne suis qu’une toute petite partie d’un grand tout
je ne me prends pas pour le tout
mais j’accueille sa puissance
je la reçois en moi comme une bénédiction
je me sens extrêmement énergétique

mon point P est mon vrai point G
en permanence
il me procure une bonne sensation
de plaisir diffus
c’est génial
le point G et le point P
le point G, le plaisir prostatique
le point P, la glande pinéale
les deux ensemble, c’est le tantra
sexualité et spiritualité
et le coeur au milieu
pour garder la douceur…

(Par la suite j’ai raconté mon expérience à une amie dans les termes suivants. Appelons-la C., l’initiale N. est pour moi : )
N.
D’ailleurs la nuit dernière je n’ai quasiment pas dormi, mais j’ai eu toute une série de révélations…Depuis quelques jours je stimule ma prostate, et c’est une véritable découverte, j’ai compris que c’est un véritable point G qui me procure un sentiment profond d’extase…Ce n’est pas du plaisir violent, mais comme un nuage de bonheur dans lequel je suis…c’est très agréable…et ça me paraît proche de ce que je vis dans mon encéphale avec ma glande pinéale, mon troisième oeil et/ou ma conscience…D’une certaine façon le plaisir dans la prostate et l’éveil de la glande pinéale liés constituent l’essence du tantra, qui est union de la sexualité et de la spiritualité…
Et en pensant à tout ça, à un moment, j’ai ressenti comme une énorme énergie, l’énergie de l’univers, qui rentrait en moi par le troisième oeil, j’ai même vu deux yeux, comme des yeux de divinité égyptienne (peut-être Horus ou Anubis mais je n’en suis pas sûre) qui me regardaient, et là j’ai pensé que pour la première fois de ma vie je m’autorisais enfin à être heureuse, et à recevoir l’énergie du tout, mais sans me prendre pour le tout, en gardant conscience que je n’en étais qu’une toute petite partie, mais détentrice ou véhicule de cette énergie…Il y avait tellement d’énergie dans mon encéphale que même avec mes méditations je n’arrivais pas à tout faire circuler, c’est incroyable, ça m’a portée toute la nuit…Je me suis levée pour écrire tout ça…A un moment je me suis souvenue d’un mantra bouddhique qui veut dire « je suis la loi de l’univers » et j’ai pensé que l’univers voulait que je sois une femme…
Et là j’ai compris que je suis une femme astrale, que c’est l’énergie de l’univers qui me guide vers la féminité…
Voilà voilà c’était assez exceptionnel mais je ne peux en parler à personne autour de moi, on craindrait pour ma santé mentale…Tant pis, pas grave, et au moins je peux t’en parler à toi !!!

C. :
Nous sommes ce qui nous fait vibrer, voilà la seule référence possible. Si ça te fait vibrer, c’est que c’est pour toi !
N. :
Oui !!!! Je suis à 200% d’accord avec toi, c’est exactement ce que je voulais dire aussi avec cette idée de « femme astrale » dont je parlais dans le message précédent…C’est comme si malgré ce qu’est mon corps physique il y avait une énergie très puissante, jamais démentie, qui me tire vers le fait de devenir une femme, malgré toutes mes réticences, mes bonnes raisons physiques, sociales, mon ego hérité de 40 ans de vie désignée comme masculine…
Depuis 4 ans bientôt que j’ai compris et assumé ma féminité, ça n’arrête pas de progresser dans ma tête, sans que je ne fasse rien pour ça, juste profiter du bien être que ça me procure…
Et sur le sujet de la vibration, à chaque fois que j’ai franchi un pas vers la femme que je suis, j’ai ressenti comme un grand tressaillement de tout mon corps et mon âme…

C. :
Eh bien, c’est grandiose ce qui se passe en toi en ce moment waouh !
N. :
Oui oui là je sens comme un décollage…J’ai l’impression de cheminer vers mon épanouissement de tous les côtés…Et en plus je me sens bien en le faisant !!! »
-fin de la conversation-

4 octobre 2017
J’ai au fond de mon vaginus
un petit endroit secret
qui est comme une petite fille
timide, guillerette, pleine d’envies
toujours prête à rire
toujours gaie, sautillante, joyeuse,
douce, heureuse,
qui aime avoir du plaisir
mais pas dans la souffrance
du plaisir qui fait du bien
du sucre
de la gourmandise

(petit commentaire a posteriori : vous avez compris ce qu’est ce petit endroit secret !!! )

6 octobre 2017
intéressant, j’ai vraiment du plaisir de plein de façons
bien sûr il y a le plaisir testiculaire, mais je ne l’utilise plus trop en ce moment
j’avais aussi senti du plaisir autour des parties génitales masculines, là où se situent vagin et clitoris chez les femmes, d’ailleurs j’avais remarqué que j’avais d’abord besoin de ce plaisir pour avoir des érections
il y a le plaisir du rectum qui s’ouvre et se ferme, et joue avec ce qui veut rentrer, c’est très drôle parce que le rectum est plutôt habitué à ce que ça sorte…
récemment j’ai commencé à découvrir le plaisir de la prostate, qui me fait beaucoup de bien, et je pense que je suis loin encore d’en avoir senti toutes les potentialités
à cette occasion, je découvre que mon corps éprouve aussi tout entier beaucoup de plaisir à la vibration, au sport sexuel…j’aime bouger vite, en sautillant, en tremblotant, ça active toutes mes zones érogènes
et là aujourd’hui j’ai réalisé que toute la zone autour du pénis est en fait beaucoup plus érogène que ce que je pensais. Avant, elle était tendue, contractée, parce que comme je n’avais pas forcément facilement d’érection, il y avait un stress qui apparaissait, et ce plaisir que je pouvais éprouver autour de la hampe du pénis, était anihilé par la contraction dans la zone, contraction due au fait qu’inconsciemment je devais me dire que pour que le pénis se tende, il fallait que la zone environnante soit tendue aussi…
en fait maintenant que je ne désire plus avoir d’érection, parce que le plaisir que j’ai avec le bout du gland et le frein, utilisés comme clitoris, est beaucoup plus grand si je me laisse aller dans toute la zone génitale…Et là je découvre tout le « plaisir du plaisir » féminin, qui est de ne pas à avoir à manifester de performance apparente…Donc pas de stress. on peut être totalement décontractée de tout le bassin, il suffit de laisser venir…et c’est très cool…
et là je me suis aperçue, en explorant ce plaisir, que dans ma tête c’était pareil, il y avait vers la proximité de l’éjaculation comme une tension qui se faisait, tension due au fait que l’éjaculation non plus n’est pas forcément simple chez moi, souvent laborieuse, et que je me tendais mentalement, cérébralement, en désirant y arriver…finalement j’étais tendue à la fois dans l’entrejambe et dans la tête…

Voilà je sais maintenant utiliser mon pénis comme un clitoris. Sans être tendue, sans être stressée, je masturbe mon pénis et j’arrive à l’orgasme. Sans éjaculer. Et là je me sens complète. Je me sens comme toutes ces filles que j’enviais parce que j’avais l’impression qu’elles étaient complètes, accomplies…
Aujourd’hui je suis comme elles. C’est incroyable.
Par contre je suis vraiment et complètement femme. C’est sérieux.
Il ne faut pas que ça me fasse perdre ma joie de vivre. Mais c’est sérieux.
Rester sereine…

c’est fou ce que ces orgasmes sans éjaculation m’éclaircissent le teint…

7 octobre 2017
là-haut, des centaines de milliers, voire des millions de canaux énergétiques qui me tirent vers le haut, toute la calotte supérieure du crâne à nouveau irriguée par le sang et l’oxygène…l’éveil spirituel par le réveil des parties spirituelles…et l’irrigation de tous les petits canaux supérieurs de l’encéphale…
sentir l’harmonie fluide générale du monde, non déterminée par son ego personnel…pas de domination, être heureuse dans l’harmonie fluide générale des énergies du monde…
(note a posteriori : bon là on est un peu loin de la prostate, mais c’est quand même un des résultats de l’activation par la prostate de pas mal de canaux de plaisir…Donc pour moi c’est lié, parce que ça s’est produit à la suite de la découverte du plaisir prostatique…)

7 octobre 2017
Le plaisir absolu d’une femme, c’est une communion astrale dans l’extase orgasmique…On ne peut espérer vivre ça avec une ou un partenaire, sauf s’il ou elle est très éveillé.e…
En attendant, le sexe avec un homme est plutôt un moment de convivialité très intime…Mais je n’ai pas encore tout vécu. Laissons une porte ouverte au futur…