#27970
AvatarCh313
Participant

C’était promis :
Je reviens sur ma session. La journée est très remplie, mais une lucarne d’une heure me reste disponible, ma compagne est absente. Comme je n’ai pas eu le temps de pratiquer de ma façon habituelle, je me dis je vais en profiter.
C’est difficile de raconter une session passée,
Je me prépare, après m’être sondée pour éviter les inondations intempestives, je dispose plusieurs serviettes sur le lit.
C’est la première fois que je m’installe ici, totalement seule. Je m’allonge sur le dos, j’entame ma décontraction et déjà la chaleur monte dans mes cuisses. Une nouveauté : je parle à voix haute ‘Ha que c’est bon’ je gémis aussi. Je déguste lentement cette diffusion qui maintenant va du nombril à mes genoux alors que des spasmes déjà me soulèvent. Je suis déjà trempée, j’ai les yeux ouverts je contemple le liquide séminal couler.
Il y a à peine quelques minutes que j’ai commencé. Viens, baise-moi, je l’appelle.
C’est là, juste sous le scrotum, je sens ses doigts glisser sur mes lèvres. Il fouinent en moi. Je crie déjà, mon bassin se soulève, j’en veux plus. Viens en moi ! Encore, les jambes ouvertes je tremble le bassin encore plus haut. Les spasmes s’amplifient en grandes contractions. Je crie encore. Je ne sais pas comment, il est au fond de moi. Je râle, je hurle. Et je regarde ces petits jets qui inondent mon ventre. J’étale cette huile sur tout mon ventre sur mon sexe, je l’enduit abondamment. C’est mon sexe qui fait l’amour dans ma main je n’ai encore jamais eu pareille sensation, je disjoncte. . . . Je ne sais plus la suite.
Je ne sais pas comment mais je sais qu’il est déjà l’heure (mon superviseur). Je suis rassasiée, détendue, mon corps est calme, je suis en lévitation, je ne sais comment les larmes sont arrivées.
Pourquoi je pense à toi Naomi, à te dédier ce moment de moi. Tellement étrange cette pensée que je prends vite ma tablette pour t’en faire part. D’où le petit message que j’ai posté.

Je reviens antérieurement à cette séance.
En lisant tes lignes, j’ai eu une sensation étrange. Tu es bien femme qui se raconte. Je le ressens tellement bien que j’ai dû te relire plusieurs fois pour ‘m’assurer’ que c’est bien un mec qui écrit.

D’où vient cette empathie exceptionnelle ? Cette extraordinaire communion.

Je reviens sur mes pensées à bâtons rompus.
Dès le début j’ai ‘vocalisé’ ces gémissements, ces ‘vibrations’ qui animent cette colonne qui relie mon sexe à mon cerveau me font exploser. Et c’est ce que tu exprimes aussi.
Tu parles du troisième œil. Dans mes recherches récentes de musique, j’ai trouvé des morceaux consacrés à cette glande pinéale. Et je suis attiré par ça. Dans ma jeunesse, j’avais lu ‘le troisième œil’ de T Lobsang Rampa. Cela m’avait beaucoup intéressé et j’avais pu expérimenter certaines choses.
Un certain état de ‘veille’ que je rapproche de mon état de décontraction actuel.
Aussi l’art de trouver ‘SA place’ celle qui ouvre tous les pouvoirs.
Quand je dis je m’installe, c’est je me place là où tout est possible.

Étonnant le rapprochement de nos parcours.

Petit je n’ai jamais joué à la poupée. J’ai toujours été comblé submergé de cadeaux masculins, petites autos, trains électriques en quantités anormales. C’est juste aujourd’hui que je note ce détail. Bizarre !
Mais je ne peux résister à conter cette anecdote. Régulièrement au téléphone, et depuis toujours, on m’appelle madame. Même des relations professionnelles qui me connaissent bien et qui m’appellent sur mon portable perso pro m’appelle madame : Bonjour madame, je voudrais parler à monsieur . . . Gêne quand je réponds ‘C’est lui-même ‘.

Je n’invoque pas la féminité, je ne la recherche pas. Elle est là. C’est si simple.
Ce n’est pas une part (de moi) c’est moi comme tout le reste.
Quand je l’ai découverte, c’est la première question qui m’est venue, suis-je trans. . .
Je crois que je l’ai laissé me prendre, que je ‘m’organise’ avec elle d’où cette ‘double vie’
C’est un empire de délices qu’elle m’offre. Je me l’offre.

C’était un voyage sublime, trop court, pas encore le super’O mais au combien déroutant.
Bonne journée à tous.