#27980
matou8313matou8313
Participant

Bonjour @vanyfraiz et aux messieurs qui s’intéressent à ce sujet .
Je vais faire bondir ceux-celles qui mettent en avant le coté spirituel du plaisir, que je ne désavoue certes pas . Selon les circonstances , la communion avec l’autre , sa propre envie , le plaisir monte ou pas , débouche ou non sur un orgasme tel que décrit par vanyfraiz et ceux qui ont réussi à approcher ou connaitre l’orgasme prostatique …
Je vais un peu insister sur l’anatomie-physiologie des organes sexuels , que ce soit H ou F .
Pour moi, qui ai subi deux opérations d’adénome , d’où éjaculation rétrograde , diminution des sensations à l’orgasme ( je sens juste une palpitation des muscles entourant l’urètre au niveau des muscles pubo-coccygiens externes : je place alors mon doigt juste sur ce point au moment d’éjaculer dans le vagin de ma partenaire pour accentuer les sensations de plaisir ) et lors des essais de massages de la prostate par ses doigts à elle ou par sextoy ( aneros , pure wand chinois – moins cher mais efficace ) je ne ressens plus ce que je pouvais avant les deux opérations ( parois de la prostate épaissies après les grattages, nerfs pas lésés mais région sans doute plutôt moins réactive !!! . Donc POUR MOI l’aspecta anatomique est primordial . Heureusement pour la majorité d’entre les participants du forum ce n’est pas le cas …. Heureusement je suis très sensible des tétons , des parois internes des cuisses, bras, plus que du gland , ce qui a étonné ma partenaire au début de notre découverte commune ( elle est beaucoup moins sensible des tétons , plus de la partie inférieure des seins et de toute la partie supérieure de la poitrine ) alors que son ex y restait indifférent
Pour ma partenaire , même sensibilité des parois internes des cuisses aussi , du sillon fessier entre anus et vagin , du bas du dos et bien sur une fois l’excitation bien amorcée , de la vulve toute entière : d’abord effleurement des aines puis des lèvres puis clitoris sous le capuchon qui ne décalotte presque pas mais grossit énormément sous les caresses en dessous de ce capuchon et ensuite très forte lubrification incolore ( quand je vois sur des vidéos X un liquide blanc , je ne l’ai jamais vu chez elle et elle ne jouit pas avec éjaculation comme certaines femmes fontaines ( mais j’ai vu sur des articles de médecine très récents qu’on interprète souvent ces jaillissements comme un mélange d’urine et de produits des glandes de Skène ( celles de Bartholin produisant plus à priori la lubrification vaginale du début ) Je reprends là une remarque de vanyfraiz qui souhaitait masser les glandes de skène avec un masseur anal : sur l’article dont vous trouverez le lien ci-dessous, ces glandes sont à priori situées au dessous des petites lèvres , entre urètre et gland du clitoris , donc difficilement stimulées par l’anus ??
Par contre le gonflement des racines du clitoris doit ?? provoquer le gonflement du bulbe vestibulaire et peut-être la vidange de ces glandes de skène , trop petites cependant d’après les articles médicaux lus pour des jets très abondants , peut-être les faibles écoulement blancs vus en vidéos mais pas les jets extraordinaires vus parfois …. Si des lectrices pouvaient poursuivre leurs observations ….
Pour ce qui est du point G , la situation des racines du clitoris ne semble pas avoir de relation avec ce point . Je le sens bien chez ma partenaire par des « crêtes » sur la paroi supérieure du vagin , il devient dur sous mes caresses une fois que l’excitation générale de toute la vulve est bien évidente (clitoris bien gros sous son capuchon sans qu’il ne se découvre petites lèvres bien gonflées et vagin « inondé » mais pas d’éjaculation : cependant elle me dit que des « vagues » remontent à l’intérieur de son vagin et elle se tord de plaisir, bassin , ventre et cuisses avec gémissements . Avec ma verge je n’arrive même pas au début de ces sensations , mais elle lui apporte , dit-elle une sensation de plénitude que mes doigts et ma bouche ne lui procurent pas. Nous avons mis un moment à nous connaitre assez profondément pour partager ces sensations, son ex ne lui avait pas fait connaitre ces sensations et au début elle ne pouvait pas se laisser aller suffisamment pour lâcher prise …. Par contre je n’ai jamais réussi avec mes doigts à masser le point profond , près du col de l’utérus , elle trouve que c’est douloureux , sans doute je m’y prends mal et de toute façon ma verge n’est pas assez longue ni épaisse pour y arriver ….
Donc tout est affaire de patience et de communion psychologique , certains jours, impossible , mais on n’en fait pas un drame et des câlins partagés nous suffisent pour finir . Il ne faut surtout pas conclure à un échec , que ce soit de ma part ou du sien ….Et ça c’est parfois dur de s’en convaincre ….
Regardez l’article ci-dessous , si quelques lecteurs ont des connaissances anatomiques encore plus détaillées , merci à eux-elles de me corriger …
Et désolé pour l’aspect bassement physique que j’ai soulevés, je suis loin du tantra , qui , pour moi reste une énigme …
matou8313

http://campus.cerimes.fr/maieutique/UE-obstetrique/perinee/site/html/cours.pdf