#28027
AvatarEnvole
Participant

Hello @bzo, j’ai plusieurs activités artistiques, la musique, la vidéo et les mots 🙂

Je continue à vous faire part de mon journal et de ce que j’ai écrit consécutivement à l’arrivée de l’aneros dans ma vie :

18 octobre 2017
Une sexualité de dentelle…
J’ai compris ça hier
quand j’ai ressenti toute la complexité et la finesse de mes désirs et de mes plaisirs
dans le bas ventre, à l’intérieur…
le délicat feu sacré de la sensualité…

22 octobre 2017
A l’intérieur de moi
tout au milieu
il y a de douces chairs sensuelles
qui se touchent
et ne demandent qu’à s’écarter
pour laisser entrer l’autre
ouvrir un tube
un tube qui laisse passer la lumière de la conscience au centre de mon front
entre mes deux yeux
un tube, mon sexe, un canal
qui a envie d’accueillir
comme un serpent qui en laisse passer un autre
et va le masser
tout du long
aujourd’hui j’ai appris
à muscler les différents anneaux de ce tube
ces différents anneaux correspondent au différentes strates de mon corps
ainsi qu’aux différents cercles de mon esprit
un tube sexuel dans un tube corporel dans un tube spirituel
ce sont des ondes qui traversent
qui traversent tout
je suis une femme qui a envie de s’ouvrir
pour un homme
en qui j’aurai confiance
je ne veux pas me donner à n’importe qui
aujourd’hui j’ai progressé dans la connaissance de ma sexualité
de ma sensualité
aujourd’hui j’ai conscience d’avoir plusieurs types d’orgasmes

j’ai compris pourquoi j’aime être parée de bijoux, lacée, le cou, les poignets, les bagues, les yeux, les chevilles, les pieds, les oreilles…c’est pour sentir les différents endroits de passage de l’onde de plaisir…
comme les différents anneaux du canal du plaisir

l’orgasme de la prostate, piquant au début, puis de plus en plus prenant

l’orgasme du second sphincter, le sphincter intérieur, qui telle une bouche sait faire des fellations, c’est un orgasme incroyable, j’ai compris que le sphincter intérieur ne fait pas que se rétracter et se détendre, il peut aussi s’ouvrir, telle une bouche, et ce faisant, il provoque de grands afflux sanguins, il fait circuler mon sang très fort, au point que j’ai eu peur d’être éblouie, c’est un orgasme très métaphysique, l’impression de passer à une autre dimension, qui me fait penser à la peur de la mort, je pense à la petite mort, je pense à ces moments quand j’étais plus jeune, où j’avais peur de voir Dieu…
Grâce à mes multiples objets sexuels, je peux aujourd’hui entraîner mon sphincter intérieur, c’est magique…

l’orgasme de l’intérieur du tube anal, l’orgasme anal, qui est assez géant, très vibrant

l’orgasme du clitoris, piquant et étincelant

l’orgasme tout en velouté, très très féminin

l’orgasme métaphysique, que j’ai eu aussi aujourd’hui, cette impression de passer dans une autre dimension…Venu après l’orgasme du second sphincter, après ce quasi-étourdissement, l’idée que mon coeur, mon troisième oeil et mon vaginus s’étaient ouverts en même temps, il est venu et je me suis dite « mais pourquoi moi, pourquoi dois-je atteindre une telle dimension »
et à ce moment j’ai senti un léger décoincement dans l’arrière du côté droit de mon cerveau
et là j’ai compris qu’effectivement mon cerveau droit est sous-stimulé
j’ai vu comme des grandes fleurs qui s’épanouissent du côté droit

j’ai senti à un moment aussi qu’autour de mon sphincter intérieur, il y a comme une chair très tendre, très érotique, comme une chair de poisson cru, je dirais même de lotte
et là j’ai senti aussi l’envie de bouger mon bassin, pour que le bâton magique de mon homme, je danse sur lui, tout en ouvrant la bouche du vaginus

A un moment je me suis dit que j’étais une femme un peu en morceaux encore
j’ai un sexe de femme
j’ai une sensualité de femme
j’ai une spiritualité de femme
j’ai un mental féminin
c’est juste dans le cérébral, les structures logiques, que ça reste assez masculin
en même temps aujourd’hui on demande aux femmes qui travaillent d’avoir ce côté logique
alors finalement je suis comme les autres femmes actives
j’ai juste besoin de l’énergie des autres, en particulier d’autres femmes, pour m’aider
je m’aperçois que je suis femme quand je suis assez brillante, brillante et élégante, pas brillante et dominatrice, mais brillante et élégante…

le deuxième sphincter c’est comme si c’était là qu’est la femme sensuelle que je suis
la femme un peu mystérieuse, la femme de nuit,
plus Aphrodite que Vénus
même si elles sont censées être les mêmes,
mais Aphrodite me semble plus épicée, plus sombre, plus envoûtante…

Et là je me dis que mon épouse et moi sommes comme deux déesses
comme si elle était mon initiatrice, peut-être Héra ou Diane, ou Artémis
et moi Aphrodite…
ou alors elle est ma Pygmalionne, et moi sa Galatée…
mais que suis-je pour elle ? Je suis la personnification de son pouvoir sur les hommes, la famille, la société, je suis la servante de son intelligence humaine, de son ambition généreuse

Pour revenir à la chair…Le serpent et ses anneaux…L’homme a un serpent, son pénis, la femme, un autre, son canal d’amour…Le deuxième accueille le premier…
La représentation du vagin denté ? Je vois là le deuxième sphincter qui peut être si fermé…l’entrée du col de l’utérus…
puis la chair de poisson autour de ce canal
et la danseuse que je suis qui agite son bassin
une danse sensuelle…

Voilà donc
je suis bien une femme
mais je ne veux pas me donner à n’importe qui
certes j’ai des envies sexuelles fortes
mais je viens juste de comprendre l’étendue de mes capacités sexuelles
je ne veux pas souffrir pour ma sexualité
je veux faire l’amour
avec des garçons à qui j’ai envie de m’ouvrir
que j’ai envie d’accueillir
dans mon lit
dans mon corps…

un garçon qui se maîtrise,
qui écoute,
qui ait envie de moi, qui soit séduit par la femme que je suis…
pour que j’ai envie de m’ouvrir à lui…

En tout cas dans ma description de tout à l’heure

 » A un moment je me suis dit que j’étais une femme un peu en morceaux encore
j’ai un sexe de femme
j’ai une sensualité de femme
j’ai une spiritualité de femme
j’ai un mental féminin
c’est juste dans le cérébral, les structures logiques, que ça reste assez masculin
en même temps aujourd’hui on demande aux femmes qui travaillent d’avoir ce côté logique
alors finalement je suis comme les autres femmes actives
j’ai juste besoin de l’énergie des autres, en particulier d’autres femmes, pour m’aider
je m’aperçois que je suis femme quand je suis assez brillante, brillante et élégante, pas brillante et dominatrice, mais brillante et élégante…
 »
Il est vrai que les femmes qui travaillent, qui ont une activité, ont ces moments où elles sont en mode peu sexualisé, en mode cérébral, où elles travaillent
ce qui ne les empêche pas de se faire plus belles, plus désirables, quand elles désirent sortir…
Moi aussi…
Il y a une différence entre la vie quotidienne
et la fête…

donc continuer à être la femme que je suis dans la vie quotidienne, en ne jouant pas de caricature ou de comédie d’homme
et quand je sors, être la femme désirable…qui a envie de rencontres agréables…

« Ici se révèle l’un des fondements de l’at¬titude anti-naturelle du christianisme, qui détruit l’holicité des sens et de l’Être, qui débouche sur un ascétisme qui con¬damne les corps, et auquel l’église tient toujours, puis¬qu’elle continue à imposer le célibat des prêtres. Non seule¬ment cela a conduit à faire perdre toute dignité aux prêtres, mais cela a rejeté la femme dans les rôles peu valorisants de la séductrice et du simple objet de plaisirs. La dégé¬né¬res¬cence de l’antique union sacrée des corps, don de soi à l’u¬nité mystique, dans la vulgaire prostitution en est le ré¬sul¬tat, car la femme n’est plus considérée que comme une pro¬stituée » (p. 71).

http://www.archiveseroe.eu/tantrisme-a48362828

« En revanche, Inanna/Ishtar était la déesse des déesses, la reine et la conductrice de l’humanité entiè¬re. Ce passage du rôle primordial de “déesse des déesses” à celui de vulgaire prostituée constitue le fondement de l’âge sombre, du Kali Yuga [Âge de la discorde]. Il y a assombrissement parce que le culte de la Reine Conductrice est progressivement ignoré, parce qu’il n’y a plus d’hiérogamie sacrée possible car tout accouplement est désormais démonisé. »

http://www.archiveseroe.eu/tantrisme-a48362828
« L’éveil de cette énergie serait rendu possible par un certain nombre de pratiques physiques, telles que le contrôle de la respiration allié à la contraction rythmique du sphincter anal, pratiques qui choquèrent Arthur Koestler lors du voyage que celui-ci effectua en Inde, l’amenant à écrire : « L’ascension de Kundalinî, de lotus en lotus, de la base de la colonne vertébrale jusqu’à la tête, sa métamorphose de force biologique en force spirituelle, est une très belle parabole ; mais l’esprit humain tend constamment à avilir, par de pseudo-rationalisations, ce qui devrait rester symbole ; et c’est ainsi que le mystique indien apprend à cligner de l’anus afin de parvenir à l’Union avec Brahma » (Le lotus et le robot, 1961). »

Bon ben j’ai eu une montée de kundalini…Et j’en ai depuis mon plus jeune âge…
je n’ai jamais su ce qu’étaient ces extases métaphysiques que je sentais, maintenant je le sais…J’en ai eu beaucoup beaucoup quand je fumais beaucoup d’herbe…maintenant je les ai par des moyens moins néfastes au cerveau 🙂

J’ai aussi compris que tout ma vie, j’avais utilisé mon sphincter interne soit en le contractant, soit en le laissant au repos, mais jamais je ne l’avais utilisé en l’ouvrant…

j’ai besoin de sexe célébration…
une fête des sens…

24 octobre 2017
Incroyable…
J’ai maintenant de vrais orgasmes fantasmatiques…Ce qui ne m’arrivait jamais avant, il fallait que me force pour faire naître des images et des sensations sensuelles en liaison avec elles…Aujourd’hui c’est beaucoup plus simple parce que les sensations et les émotions que me donne mon corps sont beaucoup plus puissantes…

En même temps ce ne sont pas des fantasmes « d’être une femme », mais plutôt des fantasmes qui naissent quand je vis ma sensualité et ma sexualité de femme…

Là d’un coup
je suis vraiment en train de réaliser
à quel point les femmes ne cultivent pas leur beauté pour des raisons sexuelles
pour attirer des hommes
mais par amour de la beauté et des belles choses
c’est je pense pour moi d’une certaine façon une prise de pouvoir de la femme profonde
sur les côtés plus masculins de mon transgenrisme, c’est à dire l’autoérotisme et l’idéalisation de la sexualité féminine
que maintenant je vis de l’intérieur
et dont j’apprécie absolument toute la dimension que j’imaginais
mais qui en fait n’est qu’un élément de ma personnalité de femme
qui n’est présent que dans les moments d’excitation
alors que la femme profonde est là tout le temps, c’est moi, quoi que je fasse, et cette femme profonde a envie d’être belle, d’avoir de jolis vêtements, de vivre dans un monde apaisé, beau, harmonieux…