#28081
AvatarEnvole
Participant

Hello à tous, merci pour votre soutien fidèle et tendre !!!

Je continue un petit peu mon journal des environs de ma découverte de l’aneros :

6 novembre 2017
Je me faisais la réflexion que je corresponds vraiment beaucoup à cette sentence attribuée à François Ier « Souvent femme varie, bien fol est qui s’y fie »
et je me suis mise en quête d’une explication à ce comportement féminin, qui est tellement le mien, quand on regarde le nombre de projets que j’ai eus dans ma vie, et la facilité que j’ai de passer de l’un à l’autre parfois en quelques minutes…

J’ai trouvé ici la réponse :
http://mafeuilledechou.fr/2013/10/29/souvent-femme-varie-bien-fol-est-qui-sy-fie/
Une femme change d’avis parce que les choses ont changé, elle s’adapte à la nouvelle donne.
Je suis comme ça aussi, je l’ai toujours été.
D’où mon apparente inconstance, ma difficulté à m’engager, mes atermoiements sans fin…
Mais c’est juste que je prends en compte tellement de choses que le processus pour me fixer sur une décision est très lent et très aléatoire. Par contre quand c’est décidé, c’est que c’était très bien mûri. Et en général ça reste.

Oui sur le fond il y a plein d’options sur lesquelles je ne reviens pas
je suis une artiste
je suis une femme
je me suis fixée avec la personne de ma vie
je suis constante avec mes enfants
j’ai une personnalité très gentille, très attentionnée, sauf quand je suis fatiguée

Aujourd’hui j’ai eu beaucoup de plaisir dans toutes les longueurs de mes jambes…
je me sens comme un immense sexe géant
je sens que mon corps est un sexe géant

8 novembre 2017
La prostate est le bouton qui déclenche la connexion de tous les points de ma libido, du dessous de l’avant des pieds jusqu’à l’esprit
elle éveille en moi le plaisir tantrique, un plaisir fleuri, diffus, long…
je pense que je risque d’acquérir pas mal de petits toys pour la titiller…

13 novembre 2017
ce midi je regardais une belle vidéo d’une très jolie femme trans opérée qui prenait beaucoup de plaisir à faire l’amour avec un homme plutôt mignon
j’étais bien habillée, assez sexy mais sobre, plutôt jolie, l’helix titillait ma prostate, je sentais le plaisir intérieur dans tout mon corps
je ressentais vraiment ce que j’avais toujours senti, c’est à dire que chez moi le plaisir sexuel est intérieur, comme chez une femme, il n’est pas situé à l’extérieur dans le pénis
et il est dans tout le corps, de la pointe des pieds jusqu’en haut du cerveau
c’était bien…je me sentais super bien, j’ai regardé ces presque 40 minutes de film en ayant beaucoup de plaisir de bout en bout, et à un moment je me suis sentie comme à il y a bien longtemps dans ce festival de musique où j’avais joué, cet état où on a l’impression que tout est parfait, il n’y a plus rien à changer, plus rien d’autre à désirer, juste jouir d’un bonheur et d’un plaisir non violent, diffus, continu, qui porte, qui stimule, qui inspire…Qu’est-ce que c’était bon.
Merci la vie.

18 novembre 2017
j’ai comme l’impression de basculer dans le sucre…
quand mon amie trans A. m’a parlé de « ce qui se profile pour moi » si je fais une transition, j’ai été prise d’un doux vertige…
d’autre part j’ai l’impression que quelque chose est en train de se libérer dans mon bas ventre…
comme si j’avais stocké là depuis longtemps…
j’ai plus faim que d’habitude, et plus faim plus bas dans le ventre…

grâce, élégance, sensualité…
tout ce que je veux être.

18 novembre 2017
je continue à explorer ma sensualité
à explorer l’utilisation du stimulateur prostatique
au début je l’ai utilisé je pense de façon un peu addictive
comme une nouvelle drogue
à laquelle je demandais un peu tout et n’importe quoi
là j’essaye de me laisser plus de temps
je le porte quand je sors
dans la rue
en marchant les stimulations sont assez variées
ce que j’aime beaucoup c’est la sensation d’avoir quelque chose dans mon sexe
quelque chose qui stimule mon sexe
dans l’espace public
parce que j’ai été très inhibée sexuellement
dans l’espace public
par mon transgenrisme, par mon éducation ? je ne sais…
toujours est-il que le stimulateur m’aide à me sentir vivante dans mon sexe ouvert sur le monde
chez le boucher il y a un jeune homme très mignon qui me titille un peu
je ne sais pas à quoi m’en tenir avec lui
mais il me plaît beaucoup
je commence à fantasmer qu’il me pénètre
qu’il m’embrasse
j’aime bien cet état
et je suis contente
parce que je sais que je ne vais pas avoir d’érection
parce que grâce à mon stimulateur
c’est dans l’anus que ça situe
c’est dans mon sexe accueilleur
dans la rue aussi
quand je vois des jeunes femmes qui me semblent belles, ou bien habillées, ou enfin toute personne qui me semble agréable à regarder, la traduction en stimuli sexuel de cet attrait visuel part directement dans mon vagin grâce au stimulateur, ce qui est très agréable
je me rends compte aussi que grâce à cette stimulation intravaginale, j’ai beaucoup moins peur d’avoir une érection en public
donc j’ai beaucoup moins peur de mon désir
j’ai beaucoup moins peur qu’il ne se voie dans mon entrejambe
et donc j’arrive beaucoup plus à l’exprimer dans mon sourire
je n’en ai plus peur
que mon oeil dise « je te désire », mais ma bouche aussi…
parce qu’aussi ce n’est plus un désir désespéré, mais c’est intérieur, c’est un désir qui me fait du bien
et puis ce n’est pas un désir forcé comme avant, où quelque chose faisait que je m’obligeais un peu à désirer toute personne du genre féminin à laquelle je trouvais quelque attrait esthétique
et puis tout à l’heure j’ai aussi pu avec la personne qui sert chez le boulanger, être très détendue, je la trouve toujours aussi charmante avec son sourire ravageur, sa choucroute sur la tête, ses seins magnifiques, son rire de gorge, c’est une femme de lait et de miel, mais je réagis beaucoup mieux à la brillance de sa personne, au lieu d’éprouver un désir contraint dans le contour du pénis comme avant, c’est plutôt une vague de plaisir de voir une belle personne qui fait du bien à ma personne, et je l’aborde ensuite de façon totalement détendue, et lui parle sans complexe, parce que je me sens comme elle, mignonne et sensuelle

tout à l’heure je marchais dans la rue, et grâce au stimulateur qui traduisait directement en stimulation interne, ce qui m’a toujours manqué, mes sensations sensuelles, qui sont directement actives dans mon vaginus, sous la forme de contractions de mes sphincters,
je me suis aperçue à quel point je suis sensuelle, je suis sensualité, voire je ne suis que sensualité, du haut du crâne jusqu’au bout des orteils….
et ceci me fait me sentir très entière
et au milieu, à l’endroit de mon vaginus, je me sens ouverte, en marchant dans la rue, je sens cette ouverture, et ça me fait beaucoup de bien, parce que c’est ma personnalité d’être ouverte, et le fait d’avoir au contraire un pénis fermé et pénétrant, ça ne me va pas du tout, moi j’ai envie d’avoir un sexe ouvert et accueillant !!!!

je me demande si jadis me gaver de nourriture comme je l’ai fait n’était pas une façon d’avoir un ventre rempli pour atténuer la frustration de ne pouvoir accueillir un sexe dans mon ventre…
en écrivant ça je sens que l’helix arrive vraiment à ma prostate et là la caresse me procure une sensation magnifique de plénitude solaire…

l’helix en développant la conscience de mon vaginus m’aide aussi à avoir encore moins conscience de ce qu’il y a à l’avant, donc d’avoir une conscience dans la zone génitale beaucoup plus intérieure qu’extérieure, donc à me sentir compacte, cohérente, complète, vibrante, sensuelle, mais en même temps ouverte, désireuse d’accueillir, mais pas non plus incapable de vivre sans accueillir, vibrante et accueillante mais pas en manque…
donc disponible.
et ouverte.
et désirante
et cette sensation de désir remonte dans mon ventre puis jusqu’à ma bouche, la fait saliver…
j’aime trop ça…

ça m’aide aussi à être désirante jusque dans mon visage, mes lèvres, mes yeux…et là je me vois dans le miroir et je vois mon désir, mon bonheur et je comprends à quel point ce désir était écrasé et torturé
et ça me renvoie à toute mon histoire familiale et à ce désir qui est si complexe…les histoires familiales sont souvent pleines de désirs impossibles…

En fait le but est d’arriver à mieux vivre le désir, le désir des autres pour moi, le désir que j’ai pour les autres, mon corps comme objet du désir des autres, comme objet de mon désir parce qu’il est objet de désir des autres…
Beaucoup de choses se jouent dans la question du désir, de mon rapport au désir…

à la recherche d’une adéquation entre mon désir pour autrui et le désir d’autrui pour moi
et la façon dont mon corps fait la médiation
avoir un corps dont le désir par autrui me fait plaisir parce que je l’apprécie aussi
c’est logique avec ce que j’ai toujours pensé, que je n’avais pas envie d’hommes parce que je n’avais pas envie d’apparaître en homme à eux, mais d’être femme avec eux
et d’un autre côté mon désir pour les femmes était provoqué parce qu’il était socialement valorisé comme hétéro et cis
mais il était superficiel, ce qui explique tous mes problèmes sexuels

avoir un corps dont le désir par autrui me fait plaisir
j’ai l’impression d’arriver à la fin d’une très très longue ascension…et de mettre enfin la main sur le dernier point, et d’être en train de me hisser sur le sommet, ou plutôt un plateau qui offre une belle nature accueillante et fructueuse…comme une oasis…
et ce jeune homme, le visage et le sourire de ce jeune homme, représentent ce plateau, ce moment où je me sens désirée et désirante…
J’ai l’impression qu’une douce liqueur coule dans ma bouche…une liqueur sucrée, glycérinée…
peut-être ne se passera-t-il rien avec ce jeune homme, mais peu m’importe
il est le visage, la porte vers une nouvelle vie…que je vais aborder avec beaucoup de plaisir mais aussi en en dégustant chaque instant, et en ne précipitant rien pour ne vivre que de bonnes choses à chaque moment…comme une belle musique qui se déploie…
un fil un peu magique…mais doux et agréable à vivre…
aujourd’hui j’ai pensé que je faisais partie de ces personnes qui savent voir et apprécier la magie de l’existence…finalement la magie n’est peut-être pas loin, il suffit peut-être de savoir la voir…