#28085
bzobzo
Participant

je suis toujours à la recherche de la meilleure façon d’exploiter mes joujoux

faut-il tout mixer selon mon envie?
sans doute pas,
séparer en des pratiques différents?
mais comment, quelles dosages de mes différents joujoux?
sans me retenir? certains joujoux plus ponctuellement?
bref beaucoup de questions
et des réponses qui se forment très lentement

par exemple la main par devant en coquille sur le sexe,
c’est un coup de turbo, le pied à fond sur l’accélérateur,
il ne faut très certainement pas en abuser, juste quelques instants par-ci, par-là,
je crois, je ne suis toujours même pas sûr en fait qu’il apporte vraiment quelque chose,
s’il n’a pas plus de désavantages que d’avantages

aussi pour l’instant je l’ai supprimé à nouveau de ma pratique,
j’ai à nouveau l’impression que c’est une facilité plus qu’autre chose,
qu’au de-là du plaisir ponctuel, de la piqûre de plaisir, certes très puissante
et une montée de l’excitation générale, bien réelle grâce à cet artifice,
sur la distance, sur l’ensemble de la séance,
ce geste d’envelopper et de presser le sexe et les couilles quelques instants,
nuit à la qualité générale des sensations
et empêchent d’atteindre des niveaux supérieurs de jouissance

ceci dit je me trompe peut-être,
j’expérimente, j’expérimente, je prends mon temps, rien ne presse,
je veux être sûr, mon choix sera étayé, sera le moment venu sans l’ombre d’une erreur,
aucune option ne restera inexploré, le pour et le contre pesé et repesé
et pour cela il faut prendre son temps
et recommencer mille fois si nécessaire

l’alternance des moments yeux fermés et des moments yeux ouverts,
je ne l’utilise pas trop non plus pour l’instant
mais j’ai plutôt l’impression de l’avoir mis de côté,
en attendant de maîtriser le reste

les mains utilisées autrement que pour des caresses,
griffer, pincer, presser fort, tordre,
pas de problème, c’est intégré et régulièrement injecté dans ma pratique,
là il n’y a plus de doute

le plus important pour l’instant
ce sur quoi je me concentre le plus,
c’est la façon, appelons-la, classique,
les mains qui caressent, les contractions, les mouvements divers du corps,
c’est-à-dire la pratique de base, le pur aneroless
par rapport, vis à vis de cette importante variante que j’ai découverte,
que j’ai totalement adoptée pour l’instant,la main par derrière,
venant caresser l’anus, glisser dans la raie du cul,
les doigts s’enfonçant plus ou moins dans le fondement par moments,
un doigt, deux doigts, trois doigts, etc
mais la main restant tout de même assez passive et bougeant essentiellement
grâce aux contractions et aux mouvements du bassin,
c’est délicieux, c’est puissant et cela vient bien se mêler aux sensations prostatiques,
il me semble,
j’expérimente comment tout cela peut s’intégrer, s’entremêler,
s’articuler l’un par rapport à l’autre

une des difficultés étant que l’aneroless classique
est plus progressif, même si ressenti dans tout le corps,
le plaisir n’est pas immédiatement aussi fort
qu’avec les doigts jouant dans la zone de l’anus
où les sensations sont moins subtiles, moins fines mais plus immédiatement puissantes

on a tendance instinctivement à favoriser la façon qui apporte le plaisir le plus immédiat,
il faut donc se forcer à ne pas se laisser aller à la facilité
pour se donner la possibilité de faire monter progressivement l’excitation
et éprouver des sensations de plus grande qualité
qui nous permettront d’atteindre les sphères supérieures de la jouissance

car atteindre les sphères supérieures de la jouissance,
c’est bien de cela qu’il est question, c’est bien le but ultime,
pas juste d’éprouver un plaisir immédiat même si très puissant,
c’est pour cela que je me casse autant la tête,
que je me pose toutes ces questions
sinon je ferai juste n’importe quoi, n’importe comment, mêlant tout,
je le fais de temps à autre,
le plaisir est fort, très fort, très rapidement, des orgasmes à gogo,
cela fait passer d’excellents moments, il ne faut pas les dénigrer,
il faut s’y laisser aller de temps de temps

mais je veux aussi pouvoir aller plus loin,
je sais qu’il y des zones de jouissance qu’il y a moyen d’atteindre
pour lesquelles il faut pas juste se ruer là où le plaisir est le plus facile,
qu’il faut faire preuve de plus de patience
et accepter une plus progressive montée de la tension sexuelle
qui va permettre d’atteindre des sommets où on dépasse ses limites