#28092
bzobzo
Participant

je continue, je ne peux plus m’arrêter,
dès que je stoppe, cela me manque,
cette densité, cette chaleur, ces frissons partout,
dans mon corps, dans mon cerveau

je suis en roue libre, je ahane continuellement,
rythme accéléré, rythme de possédé, rythme de pénétré chauffé à blanc,
des gouttes tombent sans arrêt de mon sexe,
cela déborde quelque part, c’est inondé quelque part

deux doigts dans mon cul bien enfoncé
vont à la rencontre sans cesse de mes contractions,
à chaque contact cela explose, cela irradie,
j’ai la tête rejetée vers l’arrière, la bouche ouverte, emplie de gémissements
et autres espèces sonores issues du nid du plaisir

je bous, je tremble, je frémis des pieds à la tête,
mes deux mains caressent frénétiquement, vont de mes hanches à mes seins,
les empoignent fermement, les pressent, les pincent, les tordent
et mon bassin va et vient d’avant en arrière,
des contractions simulent un mouvement de pénétration en moi,
je suis embroché, me tordant de plaisir

je remets les pieds sur le bureau, les jambes bien écartées,
je me sens écartelé, je presse mon sexe des deux mains,
je fais quelques contractions ainsi,
ma queue comme un serpent dans ma paume qui cherche lentement son chemin,
elle grossit un peu, frémit,
je sens un feu d’artifice exploser dans ma chair

mes mains remontent et pressent fort mes seins
tandis que j’enfonce une contraction bien à fond dans mes entrailles,
que je maintiens aussi fort que possible,
je reste ainsi de longues secondes à gémir,
de la lumière d’ailleurs, des frissons et de la chaleur plein la tête

bon, temps d’aller manger
et de démarrer ma journée