#28214
bzobzo
Participant

je suis arrivé à un stade de ma pratique où j’ai envie à nouveau de faire le point,
de faire un bilan de mes récents progrès,
je me sens désormais entrer dans une phase de maturité,
la plupart de mes dernières difficultés techniques ont été aplanies,
je suis sur le seuil d’un âge d’or de ma pratique en aneroless

deux façons de pratiquer s’offrent désormais en moi,
deux manières dissemblables offrant chacune
des sensations tellement différentes, tellement fortes et délicieuses,
c’est une véritable bénédiction, je me sens béni des dieux

à chaque fois que je m’y mets,
c’est-à-dire très souvent quand je suis chez moi,
je me sens à chaque fois comme un enfant
qu’on lâche dans son magasin de bonbons favoris,
« vas-y, sers-toi, petit monstre, petit goinfre sans foi, ni loi,
le magasin est à ta disposition, tout ce que tu peux engloutir, engloutis-le »,
alors j’engloutis, bon dieu comme j’engloutis,
le plaisir est une divine gourmandise
pour nous, grands enfants

concernant mes joujoux, mes gadgets, mes accessoires

d’abord celui que j’ai éliminé, banni cette fois définitivement,
comment faire autrement quand on veut privilégier la qualité des sensations?
La main par devant, la main en coquille sur le sexe,
tout explosif, tout énergisant qu’il soit,
nuit à la qualité des sensations
mais si on recherche avant tout la quantité de plaisir,
qu’on a des difficultés encore à établir un flux régulier de sensations
alors c’est acceptable et même intéressant sans doute

j’alterne des moments de séance où je pratique les yeux ouverts
et d’autres où je suis paupières fermées,
j’ai déjà expliqué à quel point c’était très intéressant d’intégrer cela à sa séance,
à quel point les sensations pouvaient être plus diversifiées, plus intenses grâce à cela,
c’est l’un de mes condiments, l’une de mes épices exotiques,
selon les jours, selon mon envie je vais alterner plus ou moins souvent,
c’est désormais totalement intégré à ma pratique

mon autre condiment, mon autre épice exotique qui va avec tout,
ce sont les mains utilisées autrement que pour se caresser,
et selon les jours et selon mon envie, je vais tout d’un coup
m’enfoncer les ongles dans la peau, me pincer, me tordre des morceaux de chair
ou presser et frotter très fort quelque endroit, j’aime beaucoup aussi

passons maintenant aux deux plats de résistance

d’abord ce que j’appelle la manière classique de pratiquer l’aneroless,
les mains caressant tout le corps, les contractions, les mouvements du corps,
c’est bien sûr la manière la plus importante de pratiquer,
elle est incomparable,
comme je l’ai déjà écrit,
on a l’impression que les sensations arrivent d’une source en très haute altitude,
une limpidité cristalline, un plaisir irisée de lumière, vif, pétillant comme du champagne,
je le ressens immédiatement dans tout le corps,
il faut être un peu patient avec car il y a un crescendo , une progressivité,
la tension sexuelle va en augmentant progressivement
si on s’y prend avec toute la ferveur et toute la patience nécessaire
et les orgasmes aussi ont une qualité incomparable,
irrésistible sensation de flirter avec des sommets himalayens,
de tutoyer les dieux du plaisir prostatique

l’autre manière que j’ai à présent aussi de pratiquer
est absolument délicieuse aussi,
certes le plaisir éprouvé n’a pas cette limpidité cristalline décrite juste au-dessus
mais il est beaucoup plus immédiatement puissant,
dès la première seconde très orgasmique, instantanément je gémis comme si j’étais au bord de la jouissance
la main par derrière, venant hanter la raie et l’anus,
tantôt traînant à la surface, tantôt quelques doigts enfoncés plus ou moins profondément,
exploration de la crevasse et du gouffre au milieu

le truc à comprendre, c’est de garder la main aussi inerte que possible durant les contractions
et de la bouger éventuellement entre celles-ci, une sorte de coordination,
ainsi le plaisir reste majoritairement prostatique avec injection contrôlée de plaisir anal

la profondeur à laquelle les doigts seront enfoncés dans le fondement
et leur indépendance de mouvements par rapport aux contractions
déterminent très exactement la quantité et la puissance des sensations anales
par rapport aux sensations prostatiques,
on peut jouer sur cet équilibre, le varier, le moduler,
les variations sont riches, offrant énormément de diversité,
cette façon de pratiquer offrent d’étonnantes possibilités de sensations très subtiles et très variées,
on n’imaginerait pas, je suis ravi de l’aubaine

l’autre truc à bien comprendre,
c’est qu’il faut séparément nettement les deux façons de pratiquer,
si on commence avec la manière classique, il faut s’y tenir
et vis et versa,
bien garder séparer les deux manières de pratiquer
et ainsi chacune garde son intégrité et son potentiel

alors que si on mixe indifféremment comme je l’ai fait pendant quelques jours,
on a tendance à privilégier la main par derrière dans la zone de l’anus
car comme je l’ai écrit, les sensations sont plus immédiatement puissantes et jouissives

si on garde bien séparées les deux manières de pratiquer, on a le meilleur des deux mondes,
chacune ayant ses caractéristiques
et désormais je ne mélange plus, j’alterne les deux types de séances selon mon envie