#28273
JieffeJieffe
Participant

Bonjour à vous deux,

Andraneros

Effectivement, c’est ce que je suis en train d’essayer de faire. Transformer cette pratique que certains pourraient qualifier de futile en une pratique de développement personnel, nécessaire à mon équilibre. Qu’elle devienne comme le dit bzo un mode de vie. Mais ce n’est pas facile, nous sommes tous soumis à cette pression sociale qui nous entraîne jour après jour et laisse peu de temps pour élaborer autre chose. Mais j’y travaille, même si je ne sais vraiment pas quel bout le prendre.

En fait, je ne choisis pas une méthode ou l’autre. Elles s’imposent à moi le moment venu. Il y a des jours ou une méthode s’impose, et c’est celle ci qui fonctionne ce jour là, et d’autres ou c’est l’autre méthode qui sera efficace. Mais oui, c’est assez génial d’avoir différents outils pour un plaisir différent, et je pense que tu as raison, sans vraiment m’en rendre compte, j’ai fait un grand bond.
C’est également ce que souligne bzo, je vous remercie sincèrement tous les deux de m’éclairer à ce sujet, car je n’en avais pas conscience. Je viens à l’instant d’en prendre vraiment conscience. En vous relisant et en écrivant ces lignes, je viens de faire un retour en arrière, et vous avez raison, j’ai fait un grand bond.
Merci, c’est précieux et ça me fait beaucoup de bien 🙂

Sur le point 3, je serais plus réservé, j’ai encore du chemin à faire. Lorsque le plaisir arrive au grand galop, que je sens cette vague que je pressens immense, ma pensée s’emballe et toutes sortes de choses me traversent l’esprit. Je ne sais pas pourquoi? Peut-être cette peur souvent mentionnée, mais je ne la ressens pas comme telle. Souvent, c’est bête et j’ai hésité à l’écrire, mais allons y, la première chose qui me vient à l’esprit, c’est comment je vais vous la raconter le lendemain. C’est vraiment stupide, mais c’est comme ça. Vous savez ce que c’est, nous ne contrôlons que très peu nos pensées.
Quoi qu’il en soit, c’est encore un axe que je dois travailler et c’est certainement lorsque j’aurais vaincu ce phénomène que les portes du Super O’ s’ouvriront. Je le sens comme ça en tout cas.

Je me suis rendu compte aussi que souvent je ne pratiquais pas parce que je réussissais à me convaincre que je n’étais pas dans les meilleures conditions, que la séance ne serait pas à la hauteur de ce que j’en attends, et que par conséquent j’en sortirai frustré. C’est peut-être souvent vrai, que je ne suis pas dans les meilleures conditions, à moi de faire en sorte de m’y placer, et comme tu le dis Andraneros, de faire en sorte que cette pratique fasse partie de ma vie quotidienne. C’est ce que je m’emploie à faire avec un certain succès ce début de semaine. Mais je sens que c’est encore fragile. Avec de la persévérance, je parviendrai certainement à l’intégrer de façon complètement naturelle.

Merci de tout cœur à tous les deux, vos messages me font chaud au cœur et me regonflent à bloc.