#28525
bzobzo
Participant

terminé de manger, pris ma douche, réglé quelques affaires courantes,
temps d’aller me mettre un peu de crème au cul,
j’ai testé il y a quelques minutes avec le doigt,
mon anus est tellement sec qu’il n’y aurait pas moyen d’y enfoncer une allumette

temps aussi, je me suis rendu compte d’arrêter d’analyser ce que je fais,
de faire à présent confiance à mon corps, de laisser à nouveau parler mon instinct,
je lui ai donné quelques accessoires, quelques techniques supplémentaires,
les ai testé dans tous les sens, perçu leur potentialité, leurs limites,
contrairement à ma pratique avec masseur,
il y a définitivement moyen d’intégrer toutes sortes de manières différentes de se donner du plaisir,
le a-less est beaucoup plus souple, aucune limite d’aucune sorte en fait,
une fois que notre prostate est totalement éveillée,
c’est éclectique, protéiforme, au possible,
on peut faire pratiquement ce qu’on veut

une de mes actions favorites actuellement
est une variation de cette position à mon bureau que j’aime tellement,
je mets les pieds sur la table, les jambes bien écartées,
je suis dans la position ainsi d’une femme chez son gyneco,
les pieds sur les étriers, grande ouverte

la variation est que je m’enfonce un doigt bien loin dans le fondement,
et puis j’entre en action,
avec une main je caresse mon sein, mon flanc lentement
et puis les contractions font bouger le doigt dans mon anus,
la main est sous les couilles, appuie aussi sur le périnée,
toute cette zone est très érogène
et la main s’est étendu là pour pouvoir enfoncer le doigt dans le fondement

avec chaque contraction, les doigts bougent,
celui enfoncé dans l’anus, est happé comme d’habitude par les muscles de la contraction,
semble en contact directement avec ma prostate,
tellement je la sens vibrer non loin de là
à chaque fois que le contact a lieu entre le doigt au nid et la contraction

sous le scrotum cela frotte délicieusement aussi
et le périnée est pressé aussi,
très vite, en quelques secondes, le plaisir devient tellement intense

je ne peux me retenir de hurler de plus en plus fort, tant pis pour les voisins,
bon dieu de bon dieu,
ce doigt enfoncé dans mon cul, il va me rendre fou