#28530
bzobzo
Participant

04h du matin

après une nouvelle nuit de luxure et de débauche solitaire
où je n’ai pas arrêté de me baiser et de jouir,
je me suis décidé dans un moment d’humeur rétro, vintage
à sortir mes deux masseurs préférés de leur boîte, le Vice et mon G-Rider

d’abord le Vice, je me suis dit, il est moins gros,
avec le temps, débuter avec l’autre qui est plus volumineux,
c’est peut-être un peu risqué

donc Vice d’abord puis G-Rider,
aussi dit, aussi fait, sorti aussi le lubrifiant,
me voilà avec le Vice dans le fondement,
pas grand chose comme sensations,
au bout de quelques minutes, dans une tentative déjà désespérée d’obtenir des résultats,
je passe au G-Rider

il entre assez facilement finalement,
faut dire que ces derniers jours, j’y allais parfois avec tous les doigts,
alors pas de problème de taille

cependant la déception a été énorme
et j’ai arrêté là aussi après 5 mn,
le fait de ressentir un corps étranger dans mon trou de balle,
me dérangeait vraiment,
j’y étais vraiment plus habitué

et puis surtout,
si au début j’essayais de reproduire avec les contractions
le comportement d’un masseur,
cette nuit , cela a été le contraire,
avec le masseur j’ai essayé de reproduire les contractions
et cela n’a pas marché bien sûr

ce masseur, c’est un objet avec une forme fixe,
là j’ai compris que les contractions ne font pas seulement naître
une sensation de sexe me pénétrant,
reproduisant toutes sortes de variétés de mouvements
mais aussi que la forme était mouvante, sans cesse mouvante,
s’adaptant à mon désir et à mon anatomie à volonté

alors que là, le masseur, ben il est forcément une forme fixe,
je le rentrais et je sentais cette forme qui remontait en moi
et qui restait obstinément la même tout le long de la trajectoire,
cela sidérait mon corps qui était habitué à autre chose ces dernières semaines
et qui a rejetait ce corps étranger à forme fixe
avec lequel j’essayais d’obtenir du plaisir

pour me consoler, sur mon fauteuil bas après,
je me suis assis sur ma main, trois doigts bien enfoncés dans mon cul,
j’ai commencé les contractions,
les alliant avec des mouvements du bassin
et me caressant langoureusement de l’autre main,
gardant de temps à autre les yeux fermés
puis les ré-ouvrant pour déguster la houle tellement féminine qui animait mon corps

mon torse sur laquelle se déplaçait lentement ma main
était tout tendu, à l’écoute, le plaisir rejetait ma tête régulièrement vers l’arrière

de temps à autre je sortais la main de mon cul
et j’allais envelopper mon sexe , le presser,
serrer autour très fort les cuisses
puis faisait remonter des contractions
qui bougeaient tout cela

mon sexe bougeait un peu dans ma main, c’était délicieux,
des ondes de plaisir se répandaient dans tout mon corps,
c’est tellement intense,
ce pénis en cage, se frottant à ses barreaux,
contribuait à mon plaisir prostatique dans des proportions phénoménales

je remontais vers mes seins, comme c’est bon de les empoigner, de les serrer,
je redescendais vers mon cul,
restait aux abords de mon anus en feu,
passait et repassait dans la raie,
enfonçant juste le bout d’un doigt, cherchant à happer celui-ci avec une contraction bien forte

je restais ainsi de longues minutes à divaguer de plaisir en roue libre,
temps d’aller dormir
mais j’ai encore envie de plaisir, de jouir,
je suis insatiable, ma chair est insatiable,
je pourrais faire cela 24h sur 24
tellement c’est bon, tellement c’est intense,
j’ai l’impression d’être incandescent de plaisir