#28597
aneveilaneveil
Participant

Bonjour Naomie et @bzo

@bzo

Oui mais ton point de vue reste celui d’un homme dans un corps d’homme.

J’en suis tout à fait conscient, nous ne percevons le monde qu’a travers le filtres de notre vécu, de notre éducation, de nos câblages neuronaux de notre « Cosmologie intérieure ».
De ce point de vue, j’attache sûrement beaucoup moins d’importance à mon sexe, mon genre, mon corps d’homme etc… que beaucoup d’autres personnes, car quand je me connecte au « soi », à « l’être » que je suis, à mon « âme » (ce sont différents termes pour parler de la même chose) qui est ma véritable identité, il y a clairement une présence calme et bienveillante totalement dénuée de sexe.
Mon corps est traversé d’émotions et de désirs sexuels ou pas, d’énergies masculines et féminines et mon être n’est jamais aussi présent que lorsque ces émotions, ces énergies féminin/masculin s’unissent et s’harmonisent.

personnelement je peux comprendre tout à fait qu’à un moment donné,
Naomi se sente prête pour ce type d’opération,
il y aura sans doute un moment où elle décidera de basculer
et d’avoir enfin entre les jambes ce sexe
qu’elle ressent déjà,
avec qui grâce au plaisir prostatique elle éprouve déjà du plaisir et des orgasmes

Je peux le comprendre aussi car c’est son cheminement et elle seule peut savoir ce qu’elle ressent, ce qu’elle désire de plus profond, de toutes façon elle est très connecté à ses émotions, ses sensations, ses besoins, je ne me fais donc (plus) de soucis pour le destin lumineux qui s’ouvre à elle.

J’ai réagi avec mes peurs et mes limites et la réponse de Noémie comme le fait de m’être reconnecté à ce que à ce « moi » véritable me fait voir et ressentir les choses différemment.

@Envole

ce pénis que j’ai malgré tout tenté d’apprivoiser m’a très souvent fait faux bond au moment de connaître l’intimité…C’est pour moi un objet assez étrange, détaché déjà de mon corps…
J’ai progressivement compris qu’il n’existe pas dans ma tête…

Je te rassure (ou pas) Naomie, le pénis est un petit animal très désobéissant pour beaucoup d’hommes (donc perçu comme détaché du corps dans ces moments là) J’ai moi même eu beaucoup de difficultés et j’ai ressenti beaucoup de souffrance lors de mes premières années de sexualité vécues avec de jeunes filles et ce n’est que grâce à une thérapie à base d’hypnose et de PNL que j’ai pu retrouver une « sexualité normale » avec son lot de frustration que connaissent l’immense majorité des hommes, (car pour moi la sexualité « hétéro-Pénienne » est vraiment incomplète)


@Envole

Je n’ai pas, comme on dit en psychologie, de phallus, de représentation de moi avec un sexe masculin dressé et puissant. ça n’existe pas dans ma tête. C’est tout le mystère du transgenrisme, qui fait que nous avons des organes masculins, mais que notre tête n’est pas « câblée » pour ça… »

Je ne sens pas non plus de représentation de moi avec un phallus dressé, je sais bien que je suis plutôt ce que Jacques Ferber nome « un Homme yin », il faudrait poser la question à d’autres hommes, mais je ne suis pas sûr que beaucoup se représentent avec un Phallus dressé… 😉
Et puis certains Psy disent parfois beaucoup de bêtises et ceux que je connais ou que j’ai croisés ne sont pas les mieux placés pour donner des leçons de virilité… 😉
De toutes façon vivre son Masculin est à présent devenu quelque chose de très compliqué pour une grande majorité d’hommes et pour les femmes ce n’est pas tellement mieux je pense.

Les hommes et les femmes que je considèrent comme « complets » se comptent sur la moitié des doigts d’une main et je ne me considère pas comme tel.
Sur ce sujet j’aime beaucoup l’enseignement Tantrique de Dianne Bellego sur le Masculin / Féminin.

Mreci aussi pour tes explications techniques au sujet de l’opération (je connaissais un peu), cela me permets de mettre de la raison là ou je plaçais une peur viscérale.

Merci Naomie et @BZO pour ce dialogue énergétiquement très riche, cela m’a fait un bien fou.