#28694
bzobzo
Participant

des moments délicieux aujourd’hui au boulot

d’abord à midi dans la salle de gym
où il n’y a jamais personne quasiment en-dehors de moi

dans la cabine de douche, nu, debout
et puis sur le tapis de yoga, assis ou à demi étendu,
quel miracle de pouvoir ainsi se procurer un plaisir tellement intense,
sans accessoire aucun, à peu près n’importe où

puis deux, trois fois dans les toilettes,
bien que là cela commence à m’inquiéter un peu
car je me laisse emporter par le plaisir de plus en plus facilement
et je m’oublie, commence à gémir sans me rendre compte
et ne suis même plus sûr de réaliser
si quelqu’un venait à entrer dans la petite pièce
où se situent les deux toilettes pour hommes de l’étage

tout à l’heure à la maison,
deux , trois petites séances incroyables d’intensité
avec un orgasme tout aussi incroyable,
j’avais l’impression d’exploser lentement,
c’était bon, comme c’était bon, j’en frissonne rien que d’y penser,
je l’ai encore dans ma chair cette déflagration, tellement elle a été puissante
pourtant c’était il y a plus d’une heure

mais chaque jour je progresse, chaque jour cela devient plus intense
et chaque jour j’ai l’impression que le féminin devient de plus en plus puissant en moi,
tout à l’heure, dès la première caresse,
j’étais déjà submergé, j’étais déjà emporté, j’étais déjà en roue libre,
des vagues de volupté partout en moi,
je me sentais ivre de plaisir,
ivre d’un bonheur tellement riche,
tellement ressenti dans la moindre cellule de mon corps

je vais faire un petit point technique à présent
car de grands progrès ont été réalisés

– les mains utilisées autrement que pour caresser,
c’est-à-dire pincer, griffer, etc,
c’est un peu délaissé pour l’instant,
le fait est que je me concentre tellement sur la main par devant dans la zone du bassin
et la main par derrière sur la fesse et alentours,
que j’ai un peu délaissé cette façon délicieuse de pimenter une séance

-l’alternance de moments yeux ouverts et de moments yeux fermés,
là cela a évolué, est-ce définitif, je ne sais pas
mais j’aime beaucoup comment c’est actuellement.

Je pratique la plupart du temps paupières fermées
mais régulièrement néanmoins je rouvre les yeux
pour m’imbiber du spectacle de mes mains enveloppant,
caressant, malaxant mes seins, leur corps à corps voluptueux,
ainsi que les mouvements lascifs de mon bassin,
ce rythme lancinant, suave qui habite tout mon corps
animé par le féminin, mes membres mus par le féminin
puis je referme les yeux et me concentre à nouveau sur les contractions,
sur ce qui se passe dans la zone du bassin

-la main par devant et la main par derrière en bas,
dans la zone du sexe et la zone du cul,
éveillant toutes sortes de sensations
qui vont venir s’intégrer, enrichir, varier le flux de sensations prostatiques
maintenu par les contractions et les mouvements du bassin essentiellement

il y a pas longtemps j’enveloppais le sexe te les couilles avec une main
c’est fini cela, enfin je le refais de temps à autre pour une grosse décharge
mais désormais je cherche une progressivité des sensations qui peuvent naître dans la région
et puis des tas de nuances et de variations qu’on peut obtenir
en effleurant simplement une couille, venant placer un doigt en-dessous de la bourse,
appuyant tantôt un peu plus, tantôt un peu moins,
déplaçant les doigts, la paume,
tout cela crée des sensations délicieuses, subtiles, variées
et puis de temps à autre je prends à plein main, même je tire le tout vers le haut
gardant bien dans ma main l’engin et ses cloches,
cela fait une sacrée explosion

pour la main par derrière, idem, jeux beaucoup plus sophistiqués désormais
avec la paume enveloppant le globe de la fesse, cela ne change pas
mais les doigts jouant à l’entrée , dans la raie, entrant un tout petit dans l’anus,
ressortant, bougeant comme des petites souris curieuses, fureteuses,
là aussi un délice

et puis dans les deux cas, ce que j’obtiens désormais , c’est une progressivité,
tellement important cela, la progressivité, un crescendo de l’intensité, de la tension sexuelle,
j’ai compris que c’était une des caractéristiques principales d’une séance réussi,
une séance au plus long cours, je veux dire

mes micro-séances, en moyenne 5 minutes, parfois s’étirant jusqu’ 10 ou 15,
il n’y a quasiment aucune progressivité,
dès le premier instant, c’est extrêmement intense, orgasmique,
mais après cela ne progresse plus beaucoup,
de temps à autre cela explose en un orgasme
mais il n’y a pas ce crescendo, cette prograssion
qui permet de s’établir dans la durée,
d’étirer sur de plus longs laps de temps une séance
et en définitive d’aller plus loin, beaucoup plus loin
car il faut de l’élan pour aller loin

j’ai établi une géographie, une cartographie assez précise des endroits où placer la main
pour obtenir un maximum d’effets aussi bien devant que derrière
et même trouvé certains endroits où il y a moyen d’obtenir des effets combinés,
donc en même temps des sensations anales et des sensations péniennes
qui viennent s’injecter dans le flux prostatique,
c’est puissant, ultra-puissant même

ma panoplie s’est aussi enrichie d’une façon encore nouvelle et très prometteuse
de pratiquer avec la main par devant et la main par derrière,
je vais probablement même désormais scinder ma pratique
en deux manières différentes et séparées de pratiquer à la lumière de cette découverte

donc la main par devant ou la main par derrière mais qui jamais ne touche,
ni même effleure la raie du cul ou bien mon appareil génital,
j’ai découvert qu’il y avait moyen d’obtenir des effets délicieux ainsi aussi,
en ayant la paume et les doigts dans la zone
mais donc sans rien toucher

derrière, c’est pas bien compliqué, c’est essentiellement une main enveloppant le globe de la fesse,
j’en ai déjà parlé longuement à quel point c’était puissant,
les contractions et tous les mouvements du bassin,
la simulation des va et vient d’une pénétration, les coups de rein langoureux,
la houle des hanches,
tout cela passait dans la main
et par son intermédiaire directement dans tout le corps,
amplificateur, caisse de résonance,
ce qui avant je le ressentais uniquement dans le bassin,
cette houle lascive, sensuelle en action dans les hanches,
tout cela par la paume sur la fesse, comme à l’écoute,
je le ressens désormais dans tout le corps
et c’est magique

par devant, c’est la main sur le haut de la cuisse à hauteur des couilles, du pénis
ou bien cette zone immédiatement au-dessus du sexe, pressant là,
se déplaçant un peu à gauche et à droite
mais n’effleurant même pas,

mais le plus délicieux c’est cette façon que j’ai trouvée aujourd’hui
qui combine les deux types de sensations,
c’est la main sur le haut de la cuisse mais en arrière de celle-ci
et ainsi on tire vers l’arrière,
je sens les muscles autour d l’anus être sollicités aussi
mais je sens aussi des sensations péniennes naître,
le mix est absolument irrésistible

je vais scinder don ma pratique,
d’une part l’aneroless 100% pur
avec la main par devant et la main par derrière qui ne touche pas, n’effleure même pas,
tel que je le décris juste au-dessu

et puis une autre manière avec des effleurements plus explicites,
voire agripper, envelopper le sexe et les couilles quelques instants
ou bien enfoncer deux, trois dans le fondement à fond
et chevaucher

j’ai déjà expérimenté ainsi aujourd’hui
et les sensations obtenues de ces deux manières
me semblent suffisamment différentes pour justifier cette séparation,
cela permettra d’obtenir des séances
avec une tonalité générale des sensations bien distincte pour chaque type