#28897
bzobzo
Participant

hum, moi cela ne me dérange pas , les termes plaisir prostatique

ils ont le mérite de comporter une précision essentielle en eux,
qu’on évoque une forme de plaisir dont la source principale est la prostate,
la stimulation de la prostate

les gens qui connaissent encore mal ce type de plaisir
vont automatiquement l’associer
à la forme la plus connue de pratique pour l’obtenir,
à savoir le massage prostatique avec un aneros
utilisé tel que décrit dans le Traité d’Aneros
alors qu’en fait, c’est tellement plus vaste, tellement plus diversifié

c’est comme le terme médecine, c’est un terme générique
qui recouvre des dizaines et des dizaines de spécialités
qui comporte un socle commun mais ont aussi souvent d’énormes différences

plaisir qui peut se localiser dans la zone du bassin
comme il peut être ressenti dans tout le corps,
plaisir dont la source unique peut être la prostate
comme il peut être décuplé, enrichi, diversifié
par l’emploi des main, des mouvements du bassin,
de tout le corps en fait

avec accessoires, sans,
associé à du plaisir anal, du plaisir pénien, etc

le corps tout entier peut être un réceptacle du plaisir ressenti ,
une chambre d’amplification de la prostate,
comme il peut devenir lui-même générateur du plaisir
en association avec la prostate,
c’est très mystérieux la façon dont tout cela fonctionne,
c’est tellement riche, protéiforme,
tous nos abysses peuvent être invoqués,
autant dire qu’il n’y a pas de limites

mais une chose est sûre, en tout cas chez moi c’est comme cela,
même quand j’ai trois doigts enfoncés jusqu’à la garde dans mon cul
et que je danse dessus lascivement avec mon bassin,
la prostate vibre, la prostate est omniprésente,
elle génère, elle décuple, elle propage,
elle est la source première tout en dessous,
même quand il y a toute une série d’autres couches de source de plaisir qui s’empilent dessus,
ma petite pile atomique, inlassable émettrice,
elle est là tout au fond de moi, c’est grâce à elle que tout cela est possible