#28954
AndranerosAndraneros
Modérateur

Tu nous dis @jieffe :

Lorsque le plaisir arrive, je déconnecte le cerveau, les muscles…etc et passe en pilotage automatique. Les contractions, mouvements, caresses se gèrent tout seul, je n’interviens pas. Mais je pense qu’il me manque une étape. Lorsque le plaisir devient intense, qu’il grandit, il semblerait qu’il subsiste une part de retenue alors que ce n’est absolument pas mon intention, et que je n’en suis absolument pas conscient.

Je ne suis pas étonné que tu aies cette impression.

D’une part, selon la description des conditions dans lesquelles tu fais ta séance de massage prostatique tu manques d’intimité. Tu parviens à prendre le temps sur ton sommeil, mais tu ne peux pas te laisser complètement aller au risque de gémir ou de crier ce qui te vaudrait d’être interrompu aussitôt par toute une famille inquiète, ou jalouse ou simplement mécontente de la gêne que tu crées. Quand tu entres en phase orgasmique, tu parviens maintenant à faire le vide pour que tout le champs de ta conscience soit ouvert à ta jouissance, tout sauf cette contrainte de discrétion.

D’autre part tu viens a peine de découvrir l’intensité que ta jouissance peut atteindre. En outre nous te disons et tu peux lire par ailleurs que très probablement cette expérience sera encore plus intense bientôt ou un peu plus tard. Indépendamment des conditions mentionnées dans le paragraphe précédent, il me paraît normal que tu sois inconsciemment inquiet de ce qui peut se passer.

De nombreux débutants beaucoup moins avancés que tu ne l’es se contractent et bloquent la montée de leurs premiers plaisirs prostatiques, qui sont pourtant moins intenses que ce que tu vis. Ils apprennent à se relâcher encore plus et sont récompensés par des plaisirs plus intenses, plus longs, plus étendus.Tu es déjà passé par une telle phase. Tu parviendras à franchir cette barrière quand tu seras prêt. Je n’aie aucun doute à ce sujet.

il semblerait qu’il subsiste une part de retenue alors que ce n’est absolument pas mon intention, et que je n’en suis absolument pas conscient.

Tu ne précises pas si cette pensée t’obsède pendant ta session, pendant tes orgasmes, ou bien entre tes orgasmes, quand le délirant Mr Jihyde est aux commandes, ou bien si elle te vient après le dernier orgasme, quand tu redeviens capable de penser en tant que Dr Jiefkyl raisonnable dans sa vie quotidienne en famille et au bureau ?

Si c’est pendant, reproduis simplement tes séances, en acceptant cette impression comme normale, naturelle. Profite du plaisir que tu mérites, prends l’habitude de jouir en pensant à ce que vis maintenant en comparaison avec ce que tu vivais avant de pratiquer le massage prostatique. Quand ce n’est pas le bon jour, tu fais une simple séance d’entraînement, sans objectif orgasmique. Peu à peu ton cerveau laissera ton corps s’exprimer comme il l’a toujours fait jusqu’à maintenant. C’est une question de temps, de patience et de confiance.

Si c’est après, c’est une barrière intellectuelle que tu mets en place, peut-être pour justifier ta timidité, une certaine forme de peur, une appréhension des conséquences que cette expérience d’une jouissance aussi intense, aussi profonde, peut avoir sur ta vie dans les prochains mois ou prochaines années. Je perçois cette forme d’inquiétude depuis tes premiers messages. Elle est légitime mais elle ne doit pas te conduire à penser que ton évolution n’aura que des effets négatifs.

Je te fais une dernière suggestion. Cette pensée ressemble à un nouveau plafond de verre. As-tu imaginé qu’elle te vient, comme celle du plafond de verre, parce que ton corps et ton cerveau te passent le message que bientôt ils seront prêts à t’envoyer, non pas dans la seule stratosphère, mais bien au-delà et que tu dois te préparer à cette idée avec gourmandise pour en tirer tous les bénéfices ?

Bon cheminement @jieffe.