#28955
AndranerosAndraneros
Modérateur

@jieffe tu résumes toute la difficulté de répndre à la question posée par @aneveil.

tout ceci est extrêmement personnel… ce qui est formidable dans cette découverte, c’est que chacun de nous peut y mettre ce qu’il désire, et c’est aussi ce qui en fait sa richesse.

En bonne logique sémantique, à cette diversité des effets produits par le massage prostatique répond une diversité de mots et d’expressions pour les décrire. Si je reviens à l’expression anglaise « full body orgasm » elle n’apporte aucune description de l’expérience ; elle crée seulement une catégorie d’orgasmes dont seul le contexte dit qu’ils sont le produit du massage de la prostate. La même expression pourrait être employée avec n’importe qu’elle autre forme de stimulation sexuelle. C’est pareil pour l’expression super O’.

IL faudra sans doute accepter une expression, ou plusieurs, qui ne mettra en valeur qu’une seule caractéristique de l’expérience que nous vivons, pour les plus avancés dans leur cheminement, ou que nous cherchons à vivre pour les autres.

C’est comme séances ou sessions, qui ne me plaisent guère. On ne dit pas j’ai fait une session avec ma femme hier soir (oui, je sais, la plupart du temps on en parle pas  ).

Ces termes sont très techniques en effet. Je retiens le mot session pour mes messages parce qu’il me paraît bien ancré dans un vocabulaire pédagogique. Sous l’effet de leur impatience, les débutants peuvent légitimement mélanger n’importe quelle information mal vérifiée, n’importe quelle promesse, n’importe quelle méthode avec leurs propres pulsions. Il me paraît utile de les aider à adopter une méthode, une approche pragmatique pour aborder cette pratique avec de meilleures chances de succès. La neutralité du mot session répond à cette condition.

Le mot session permet d’incorporer les conseils de préparation, les méthodes de relaxation, de respiration abdominale, permet de parler des contractions volontaires pour lancer le massage proprement dit. On parle de séances d’entraînement dans le domaine sportif. Je pense que c’est une phase que la majorité des débutants traverse. On parle de session de révision pour le bac.

Ceux qui sont bien avancés dans leur cheminement n’ont plus besoin de ce cadre. Cette nouvelle forme de plaisir fait partie de leur vie et leur apporte des satisfactions dont l’intensité pulvérise le cadre utile à l’apprentissage initial. Mais en constatant la variété des moments consacrés au plaisir prostatique avec et sans masseur, avec et sans stimulation mécanique ou électrique, pendant cinq minutes ou pendant plusieurs heures, seul ou avec sa ou son partenaire, et la variété des états auxquels ces moments conduisent, le choix d’une expression unique n’est pas facile et sans doute vain.

Cela dit le mot session ne fait pas (encore) rêver. Presque tous les hommes se masturbent sans qu’on ait encore inventé un mot ou une expression pour désigner positivement cette pratique, en dehors de celles utilisées par les humoristes quand ils sont en mode graveleux.

Comme @epicture j’aime ta conclusion.

Bon cheminement à tous.