#28957
JieffeJieffe
Participant

@andraneros

Tu as peut-être raison aussi. Le fait que je sois conscient d’être obligé de me contrôler ne doit pas aider.

il me paraît normal que tu sois inconsciemment inquiet de ce qui peut se passer.

Je n’en suis alors vraiment pas conscient. J’ai plutôt conscience d’être désireux de le découvrir.

Tu ne précises pas si cette pensée t’obsède

Cette pensée, qui n’est qu’une impression, ne m’obsède absolument pas, ni pendant ni après mes séances. C’est simplement un ressenti, dont j’ignore si seulement il est fondé. C’est peut-être tout simplement parce que je découvre, et je pense vraiment qu’avec la pratique cette impression va s’envoler.
J’ai remarqué une chose dans ce cheminement, c’est qu’à chaque fois que tu fais un pas en avant, tu es tellement émerveillé que tu t’arrêtes là. La fois suivante, tu es moins surpris parce que tu l’as déjà vu, et tu peux avancer un peu plus loin où le phénomène se reproduit.
C’est un peu comme une petite fille qui adore les poupées, et qui pousse une porte derrière laquelle se trouve un palais rempli de poupées plus belles les unes que les autres. Sitôt la porte passée, elle est subjuguée et émerveillée. Tellement émerveillée qu’elle ne peut plus faire un pas. Une fois la surprise passée, elle peut alors avancer.
C’est un peu de cette façon que je vois ma progression.

une certaine forme de peur, une appréhension des conséquences que cette expérience d’une jouissance aussi intense, aussi profonde, peut avoir sur ta vie dans les prochains mois ou prochaines années. Je perçois cette forme d’inquiétude depuis tes premiers messages

Alors ça ça m’intéresse. C’est curieux que tu es ressenti une forme d’inquiétude, car en fait, je pense que le plaisir prostatique, une fois que j’aurais obtenu plus de consistance dans mes séances, une fois surtout que je l’aurais complètement intégré à ma vie quotidienne, qu’il fera parti de mes journées, ou au moins de mes semaines, ne pourra me transformer si transformation il y a qu’en quelqu’un de meilleur, pour moi et pour les autres. Il occupe déjà beaucoup mes pensées, mais pas suffisamment ma vie.
J’ai déjà touché du doigt ces sensations suite à mes séances les meilleures. Ça ne perdure pas parce qu’il ne fait pas encore entièrement partie de ma vie, pas complètement, pas totalement. Non, je ne pense pas avoir imaginé que mon évolution ne pourrait avoir que des conséquences négatives. Mais c’est très intéressant, parce que si tu l’as ressenti, c’est que je l’ai exprimé au travers de mes écrits. Il y a alors certainement une piste à creuser.

As-tu imaginé qu’elle te vient, comme celle du plafond de verre, parce que ton corps et ton cerveau te passent le message que bientôt ils seront prêts à t’envoyer, non pas dans la seule stratosphère, mais bien au-delà et que tu dois te préparer à cette idée avec gourmandise pour en tirer tous les bénéfices ?

Non, je ne l’avais pas imaginé avant que tu me le suggères, mais cela fait écho en moi. 🙂

Mais je le répète, mon message ne se voulait pas alarmiste. Cela ne m’obsède pas, vraiment pas. Le message de bzo m’y a fait penser, voilà tout. Disons que pour le moment, je n’ai pas d’inquiétude à ce sujet, mais je ne regrette pas de vous en avoir fait part, tes suggestions et analyses sont très intéressantes, je t’en remercie.