#29130
bzobzo
Participant

Personnellement ça ne m’étonne pas que tu aies de temps en temps (en ce moment ?) des périodes de plaisir moins longues…J’ai comme l’impression que la libido se développe avec l’usage, mais qu’à partir d’un moment elle fatigue un peu…Il faut alors je pense lui donner le temps de recharger ses batteries, se consacrer à d’autres sujets,

hum, peut-être mais je ne crois pas,
je ne crois pas que ce soit un problème de laisser recharger mes batteries,
cela je le sens quand c’est cela,
j’ai appris à reconnaître les signes de ce type de faiblesse, de manque

non, c’est que je n’étais pas encore suffisamment au point techniquement,
pas assez puissant techniquement
que pour m’adapter aux plus longues séances

depuis que je me suis lancé en A-less,
j’ai adopté cette forme de micro-séances,
5mn en moyenne, parfois 10 ou 15 pour les plus longues,
pour utiliser une métaphore sportive,
cela correspond à des sprints, le 100 mètres, le 200 mètres et le 400 mètres.

J’ai développé toute ma technique par rapport à ces courtes distances,
elle s’est optimisée peu à peu par rapport à elles,
à l’effort très intense sur des laps de temps très courts

mes quelques tentatives sur de plus longues distances, se sont soldées jusqu’ici par des échecs
car j’essayais de courir un 5 kilomètres ou un 10 kilomètres comme si c’était un 100 mètres ou un 200 mètres.

Désormais je suis assez sûr de ma technique,
j’ai commencé les premières adaptations de celle-ci
par rapport aux délais allongés, distendus, aux rythmes plus calmes, moins tendus,
des séances au lit sur de plus longues durées

il faut profiter qu’être plus ou moins à l’horizontale sur un matelas
offre d’énormes avantages qu’on peut exploiter
pour compenser cette intensité extraordinaire
à laquelle je suis habituée de la première seconde à la dernière durant mes micro-séances

à savoir la multiplicité quasi infinie
des postures, des positions, des gestes, des caresses possibles,
une beaucoup plus grande richesse et variété des sensations,
une progressivité de la tension sexuelle sur de longs laps de temps
qui permet d’entrer dans la zone des multi-orgasmes, d’accéder à des territoires inconnus
à condition de savoir être patient et de traverser les préliminaires
alors qu’assis dans mon fauteuil, c’est nettement plus limité,
c’est très très intense mais beaucoup plus monocorde
et offre finalement moins la possibilité d’aller très loin, très loin

je commence à les connaître par coeur mes micro-séances,
j’y prends toujours énormément de plaisir
mais j’entrevois déjà un moment si je ne parviens pas avoir d’autres cordes à mon arc prostatique
avec lesquelles tirer mes flèches
où je risque la banalisation, l’habitude,
donc il est plus que temps de me lancer dans les logues séances en A-less
et aussi pour faire bonne mesure,
faire reprendre du service à mon cher g-rider et aussi tant qu’à faire
y ajouter aussi le g-spot Wand,
cette chinoiserie qui a l’air d’avoir tant d’effet sur toi et quelques autres par ici

c’est quelque chose de nouveau pour moi, que j’ai compris assez récemment,
avec masseur, cette problématique n’existe pas
car c’est au lit essentiellement qu’on peut pratiquer,
pas trop ailleurs,
pas trop de possibilités de micro-séances un peu n’importe où dans l’appartement

je t’embrasse, chère Naomie